Incidents dans les stades : l’ACA prévient son public

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.S.
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA/AFP

Dans un contexte national marqué par plusieurs débordements de supporters, le club ajaccien indique via un communiqué qu’il "se réserve le droit d’interdire de stade toute personne ayant un comportement inapproprié".

L’AC Ajaccio met en garde son public. Après les récents incidents survenus dans différents stades français, le club ajaccien appelle ses "supporters à la plus grande vigilance".

Dans un communiqué paru ce mercredi matin et signé par le président Christian Leca, il est écrit que "le club ne tolèrera aucun débordement même minime". Et d’ajouter : "Cela signifie qu'une plainte nominative sera déposée systématiquement, et que nous nous réservons le droit d’interdire de stade toute personne qui aurait eu un comportement inapproprié. Il en va de l’intérêt de notre club et de son image."

Des mesures fortes qui montrent que l'ACA semble se prémunir contre d'éventuels futurs débordements dans son stade François-Coty. Ce qui pourrait entraîner des sanctions sportives et financières.

Une situation nationale tendue

Ce communiqué s’inscrit dans un contexte national particulier "pris en compte" par le club ajaccien. En effet, depuis le début de la saison de football en France, plusieurs incidents émanant des tribunes ont émaillé des rencontres de Ligue 1 et de Ligue 2. Dernier exemple en date dimanche à Lyon, où un joueur de l’OM a reçu une bouteille d’eau en pleine tête. Le match a été annulé. Fin août, à Nice, une bagarre générale avait éclaté sur la pelouse entre joueurs et supporters. À Lens, le terrain avait été envahi lors du derby contre Lille.

À la suite de ces différents épisodes, une réunion s'est notamment déroulée mardi matin à Paris, Place Beauvau, en présence des ministres de l'Intérieur, de la Justice et des Sports.

Actuel deuxième de Ligue 2 et en position favorable pour accéder à l’élite du football français, l’AC Ajaccio a été également confronté au sujet cette saison : le 6 novembre, après le match contre Dijon, la Préfecture indiquait que "des supporters dijonnais avaient été pris à partie à proximité d’un bar par un groupe d’une dizaine de personnes, supporters du club ajaccien, et auraient été agressés dans le secteur d’Aspretto". Une enquête a été ouverte par le parquet d’Ajaccio.

Mi-septembre, des incidents étaient également survenus à l'issue de la rencontre ACA-Sochaux. Un joueur adverse avait frappé un stadier ajaccien. Dans la foulée, des supporters sochaliens auraient été agressés sur un parking en dehors du stade François-Coty.

Passage devant la DNCG

Par conséquent, ces deux événements ont pu placer le club corse dans le viseur des autorités du football français. Peut-être la raison pour laquelle ses dirigeants ont choisi de prendre les devants. "L’expérience nous ayant enseigné que notre club est le parfait bouc émissaire pour la commission de discipline et qu’il est systématiquement sanctionné beaucoup plus lourdement que d’autres, nous prévenons d’ores et déjà notre public", écrit l’AC Ajaccio qui passait ce mercredi à Paris devant la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion), comme c’est le cas pour chaque club professionnel à cette époque de l’année. 

Selon nos informations, le gendarme financier du football français a maintenu l'encadrement de la masse salariale et l'interdiction de recruter à titre onéreux pour le club. Deux mesures qui lui avaient déjà été notifiées l'été dernier, lors de son passage de fin de saison devant la DNCG.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.