Le journaliste Jacques Follorou est l'invité de Cuntrastu

Publié le Mis à jour le

Auteur d'un nouveau livre sur le crime organisé insulaire paru en juin dernier, Jacques Follorou est l'invité de Cuntrastu ce mercredi 12 octobre. Le journaliste du Monde a répondu aux questions de Jean-Vitus Albertini, Roger Antech et Patrick Vinciguerra.

Quels sont les effets du crime organisé sur la société corse ? C'est le thème de votre émission Cuntrastu de ce mois d'octobre. 

Pour évoquer la question, Jean-Vitus Albertini reçoit le journaliste du Monde Jacques Follorou.

Spécialiste du crime organisé insulaire, il a publié en juin dernier "Mafia Corse, une île sous influence" (Robert Laffont), un ouvrage dans lequel il s'intéresse aux liens qui peuvent exister dans l'île entre le monde des voyous et celui de la politique.

Face à Roger Antech (Corse-Matin) et Patrick Vinciguerra (RCFM), Jacques Follorou revient également sur l'action de l'État, des services de police et de justice ainsi que sur la création des deux collectifs antimafia en Corse.

Après deux décennies passées à étudier le mode de fonctionnement du crime organisé insulaire, le journaliste d'investigation fait un constat : "même si des têtes ont changé, le système du crime organisé demeure. L'emprise criminelle sur la société corse est pérenne et durable. Aucun signe ne montre que cette emprise se soit allégée. J'ai le sentiment que la pression criminelle s'enracine dans les mentalités et dans la société."

"Ce qui fait que ça devient un système mafieux, explique-t-il, c’est que tout à coup, ça tombe sur le corps social. La corruption, le racket, les conflits d’intérêt, le trafic sur les marchés publics, ça existe sur le Continent. Mais à la grande différence, c’est qu’ici en Corse, on peut en mourir. Un chef d’entreprise, un fonctionnaire territorial peut en mourir. Ici, on risque sa peau."

Cuntratsu du 12 octobre : 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité