Mobilisations de soutien à Yvan Colonna : les dernières informations en direct

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.A.

Yvan Colonna, 61 ans, est plongé dans un coma post-anoxique depuis qu'il a été violemment agressé par un codétenu de la prison d'Arles le 2 mars dernier. En Corse, de nombreuses mobilisations de soutien au militant nationaliste sont organisées ce vendredi 4 mars.

La violente agression d'Yvan Colonna par un codétenu, mercredi 2 mars, à la maison centrale d'Arles a choqué une large partie de l'opinion publique insulaire.

Après des rassemblements à Ajaccio et Bastia le soir même de l'agression du militant nationaliste, les mobilisations se poursuivent dans toute la Corse ce vendredi 4 mars.

Yvan Colonna, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac en février 1998, a été un temps hospitalisé à Arles avant d'être pris en charge dans un hôpital marseillais. Il est plongé dans un coma post anoxique. Son état est, pour l'heure, stable selon ses médecins.

Retrouvez ici les dernières informations concernant les mobilisations : 

20h30 : Un feu est allumé devant les grilles de la préfecture de région à Ajaccio. 

19h50 : Le blocage du port de Bastia est levé, le navire de la Corsica Ferries en provenance de Livourne peut dorénavant accoster. 

19h40 : Le bateau de la Corsica Ferries, bloqué dans le port d'Ajaccio depuis 7 heures ce matin, quitte le port avec les gendarmes à son bord suite à l'action du STC. 

19h30 : 300 personnes se sont également rassemblées à L'Île-Rousse. 

19h : À Ajaccio, le rassemblement de soutien à Yvan Colonna, organisé devant la préfecture, rassemble entre 300 et 400 personnes. 

18h35 : Des militants Corsica Libera et des étudiants bloquent le port de Bastia et empêchent l'accostage d'un navire de la Corsica Ferries. Le navire qui arrive de Livourne est contraint de rester au large.

 

18h : Dans un communiqué le syndicat des travailleurs corses (STC) appelle ses militants à participer à la manifestation prévue dimanche 6 mars à Corte à l'initiative des syndicats étudiants. Le STC estime que "l'État français porte une lourde responsabilité dans cette tentative d'assassinat.""Le traitement injuste et cruel subit par Yvan [...] ne peut nous laisser indifférent car il contribue, semble-t-il, à une volonté étatique d'affaiblir le mouvement national dans son ensemble", continue le syndicat. 

14h54 : Appel au rassemblement des Corses d'Aix-en-Provence et de Marseille, lundi 7 mars à 18h30 devant le palais de justice d'Aix-en-Provence.

13h45 : Les passagers à bord du navire de la Corsica Ferries, bloqué depuis 7 heures ce matin dans le port d'Ajaccio, ont pu débarquer. Les gendarmes venus du continent devront, eux, rester à bord. 

13h : Selon nos informations Franck Elong Abé sera transféré à Levallois Perret dans les locaux de la DGSI (direction générale de la sécurité intérieure) pour la suite de sa garde à vue. Lors de son interrogatoire il aurait contesté la préméditation et le lien avec une entreprise terroriste. Il aurait déclaré, en garde à vue, qu’il connaissait et s’entendait bien avec Yvan Colonna mais qu’il n’aurait pas supporté un blasphème de sa part deux jours avant la tentative d’assassinat.

10h50 : Selon nos informations, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, compte proposer la création d'une commission d'enquête parlementaire mixte quant à l'agression d'Yvan Colonna regroupant sénateurs, députés et élus de la collectivité de Corse. 

La création d'une commission d'enquête parlementaire relève exclusivement de l'initiative parlementaire. Celle-ci doit prendre la forme du dépôt, par un ou plusieurs députés, d’une proposition de résolution tendant à la création d’une telle commission. Cette proposition de résolution doit exposer les motifs de la demande et déterminer l’objet de l’enquête. Elle est transmise à la commission permanente compétente au fond. L’Assemblée nationale se prononce ensuite en séance publique.

7h : Une trentaine de marins du STC Corsica Linea et La Méridionale bloque un bateau de la Corsica Ferries dans le port d'Ajaccio. Leur but : empêcher le débarquement de forces de l'ordre, envoyées en renfort du continent après les mobilisations de soutien à Yvan Colonna. 

Selon nos informations, le navire de Corsica Ferries transporte six gendarmes et deux camions. Quelque 250 passagers seraient bloqués à leurs côtés.