Pollution aux particules fines : l'alerte étendue à toute la Corse

D'abord annoncé pour la Corse-du-Sud, l'épisode de pollution aux particules fines concernera finalement l'ensemble de l'île dès ce vendredi. "Le seuil d'alerte va être dépassé", indique Qualitair Corse.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'épisode de pollution aux particules fines qui touche la Corse s'intensifie. D'abord annoncé sur le Pumonti, il a finalement été étendu ce vendredi 29 mars à l'ensemble de l'île.

"Les mesures de particules augmentent aujourd’hui très fortement et vont toucher toute la Corse, indique Qualitair Corse. Le seuil d’alerte va être dépassé pour l’ensemble de la région. L’épisode est prévu pour persister durant tout le week-end."

Cette situation est la résultante d'un "flux de Sud transportant des poussières désertiques qui contribuent à l'augmentation des niveaux de particules fines", précise l'organisme chargé de contrôler la qualité de l'air dans l'île.

Conseils et recommandations 

Il est conseillé de respecter les recommandations sanitaires suivantes :

  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d'un professionnel de santé.
  • privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d'effort.
  • prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant.
  • évitez les zones à fort trafic routier, aux périodes de pointe.
  • privilégiez les activités modérées.
  • réduisez, voire reportez, les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions).

Pour l’ensemble de la population :

  • Limiter l’usage des véhicules à moteur thermique ;
  • Privilégier, pour les trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche, vélo, …) ;
  • Différer si possible les déplacements internes aux agglomérations ;
  • Pratiquer si possible du covoiturage ou emprunter les réseaux de transport en commun ;
  • Réduire sa vitesse de 20 km/h hors agglomération ;
  • Limiter les travaux nécessitant l’emploi de solvants organiques ou de matières à base de solvants ;
  • Éviter d’allumer des feux d’agréments ou barbecue.

Pour le secteur agricole :

  • Limiter les transports routiers de transit ;
  • Permuter le fonctionnement des moteurs des navires du fioul lourd au fioul domestique ;
  • Réduire la production électrique à quai des navires ;
  • Limiter le temps de roulage des avions.

Pour les émetteurs industriels :

  • Stabiliser et réduire les émissions à l’atmosphère de composés organiques volatiles (COV) ou oxydes d’azote (NOx) ;
  • Limiter les émissions de particules fines et de NOx.