Cet article date de plus de 4 ans

Préservation des cétacés : dispositif anti-collision obligatoire au 1er juillet

La collision avec les gros navires est une des principales causes de mortalités chez les grands cétacés en Méditerranée. WWF France a ainsi rappelé l'obligation d'adopter un dispositif anti-collision au 1er juillet, une mesure déjà appliquée par les compagnies entre la Corse et le continent.
Après une lutte de longue date, WWF France a réussi à imposer "l'adoption d’un dispositif anti-collision (REPCET ou autre) pour tous les navires de plus de 24 m battant pavillons français ayant circulé plus de 10 fois dans les zones protégées Pelagos (Méditerranée) et Agoa (Antilles)", dans la loi sur la biodiversité de 2016, affirme l'organisation dans un communiqué.

Ainsi, à partir du 1er juillet 2017, entre 60 et 80 navires français en seront équipés.

WWF France félicite dans son rapport la compagnie La Méridionale "qui est un acteur vertueux et précurseur sur ce sujet."

Car, "non seulement la compagnie a équipé tous ses bateaux il y a plus de 10 ans, bien avant la loi, mais elle a également pris des mesures pour diminuer la pollution de ses navires quand ils sont stationnés au port de Marseille."


La Corsica Linea est aussi citée car elle "est en train de se conformer à ses obligations légales en équipant ses cinq bateaux".

Mais cette obligation ne concerne pas les navires des autres pays du pourtour méditerranéen, dont ceux battant pavillon italien. C'est le cas de la Corsica Ferries dont les navires battent pavillon italien. Mais cette dernière a annoncé équiper de dispositifs 4 de ses bateaux, ce que "Le WWF France salue".

La compagnie affirme en effet que depuis 2007, "l'ISPRA, Institut Supérieur pour la Protection et la Recherche Environnementale, dépendant du Ministère de l'Environnement italien, s'est associé avec Corsica Ferries pour créer un réseau de suivi des cétacés", que le dispositif REPCET vient renforcer. A terme, il pourrait être généralisé sur l'ensemble de la flotte.

REPCET, comment cela fonctionne ?
"Chaque observation de grand cétacé réalisée par le personnel de quart depuis un navire utilisateur de REPCET est transmise en temps quasi-réel par satellite à un serveur situé à terre. Le serveur centralise les données et diffuse des alertes aux navires équipés et susceptibles d'être concernés par un signalement. Les alertes sont alors cartographiées à bord sur un écran dédié", précise le constructeur.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes économie transports environnement société mer