Prise en charge du second accompagnant : toujours pas de décret mais une promesse de "pérennité" du système actuel

Au Sénat, Paulu Santu Parigi a interrogé le Gouvernement quant à la prise en charge du billet du second accompagnant d'enfants corses hospitalisés sur le continent. Si elle n'a pas répondu sur la signature du décret, Jacqueline Gourault a assuré que le système actuel serait pérenne.

Paulu Santu Parigi, maire de Santa Lucìa di Mercuriu, est également sénateur de Haute-Corse.
Paulu Santu Parigi, maire de Santa Lucìa di Mercuriu, est également sénateur de Haute-Corse. © Kael SERRERI/ FTV

C'était jour de question au Gouvernement ce mercredi 12 mai au Sénat. Paulu Santu Parigi, élu de Haute-Corse, a interpellé le Gouvernement quant au décret prévu sur la prise en charge du billet pour le second accompagnant désirant accompagner son enfant malade sur le continent pour y suivre des soins. Un décret "promis maintes fois et toujours reporté" selon le sénateur. 

"Pouvez-vous nous confirmer que vous publierez d'ici peu ce décret ?"

En l'absence d'Olivier Véran, le Ministre des solidarités et de la santé, Paulu Santu Parigi s'est adressé à Jacqueline Gourault, la Ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. "Pouvez-vous nous confirmer comme vous l'avez déjà fait le 6 octobre 2020 devant l'Assemblée nationle que vous publierez d'ici peu ce décret ?" a-t-il demandé. 

En effet, ce décret évoqué depuis 2019 n'a jamais vu le jour. Lors de la visite de Jacqueline Gourault en Corse au mois d'avril dernier, la présidente de l’association Inseme, Laetitia Cucchi avait même été informée par le cabinet de la Ministre et que cette requête ne ferait finalement pas l'objet d'un décret. "Une trahison de la parole de l'Etat" pour Paulu Santu Parigi. 

Dans l'hémicycle ce dernier poursuivait à ce propos : " Plus récemment, la surprise et l'indignement sont venus mettre un terme à l'attente patiente et confiante que les familles insulaires avaient placé en vous en apprennant par la voix du cabinet de la ministre Gourault, qu'aucun décret n'avait été promis" .

Un système provisoire finalement pérennisé

C'est donc la Ministre elle-même qui a répondu. Si elle n'a pas évoqué le décret dans sa réponse, elle a assuré que le système actuellement en place, assurant le remboursement pour le second accompagnant par les caisses sociales et après une demande, serait pérennisé. 

 "Nous avons fait en sorte que l'accompagnement de la deuxième personne soit possible et aujourd'hui c'est possible, a affirmé Jacqueline Gourault. Autour de 253 enfants et familles ont profité de ce système qui fonctionne, qui est assuré par l'agence régionale de santé. Vous pouvez compter sur le Gouvernement pour que ce système soit pérenne". 

"On nous a dit que le temporaire allait durer et qu’il n’y aurait rien d’autre"

Par conséquent, ce qui était jusqu’à présent exceptionnel et temporaire devrai demeurer. Le second accompagnant devrait toujours pouvoir se faire rembourser son billet s’il en fait la démarche. Néanmoins, seules deux caisses (CPAM et MSA) le prennent en charge et pas de manière automatique. Pour que la prise en charge du second accompagnant soit automatique, à l'instar du premier et de l'enfant, la signature d'un décret était obligatoire afin que cela soit reconnu comme un droit.

Après sa rencontre avec le cabinet de la Ministre Gourault, Laetitia Cucchi nous avait confié : "On nous a dit que le temporaire allait durer et qu’il n’y aurait rien d’autre. De plus, c’est un dispositif qui entraîne des démarches administratives supplémentaires et ne s’adresse pas à tous les Corses".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique société santé