Tourisme : 300 000 euros de taxe de séjour reversés par Airbnb en Corse, une somme insuffisante ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.N

C'est une manne financière très attendue par les communes. Airbnb va reverser 300 000 euros à la Corse, une somme qui correspond à la taxe de séjour collectée par la plateforme auprès de ses clients entre janvier et octobre 2019.

Depuis la loi Élan, promulguée en 2018, la plateforme de location en ligne, Airbnb a l’obligation de collecter la taxe de séjour à chaque réservation. Une taxe qu’elle doit ensuite reverser aux communes. Ce sont désormais les collectivités municipales qui fixent le niveau de la taxe de séjour, entre 1% et 5% du prix hors taxe de la nuitée par personne.

Airbnb vient d’annoncer avoir reversé plus de 58 millions d’euros de taxe de séjour, récoltés en France sur les dix premiers mois de l’année 2019. 

140 000 euros pour Ajaccio


En Corse cette enveloppe s’élève à 300 000 euros, un chiffre record selon la plateforme. La Corse-du-Sud devrait percevoir 166 900 euros et 133 100 euros pour la Haute-Corse.
 

Cette manne financière importante pour les communes, leur permet notamment de développer le tourisme. C’est Ajaccio qui obtient le pactole le plus important puisque la ville devrait récolter 140 000 euros alors que pour Bastia, le montant s’élève à 74 000 euros.

Mais pourtant, selon Marie-Antoinette Maupertuis, présidente agence de tourisme de la Corse, ces chiffres seraient insuffisants :

Les chiffres du chiffre d’affaires d’Airbnb en Corse sont très élevés. Cela représente le chiffre d’affaires d’un certain nombre de loueurs, selon les données d’Airbnb on à 1 millions 700 000 nuitées en Corse. On devrait donc avoir une taxe de séjour bien plus élevée.


Concurrence déloyale

Ce qui pose également problème c’est la concurrence déloyale de cette plateforme pointée du doigt par les professionnels. En effet, selon eux, les charges imposées ne sont pas les mêmes. "On est face à une révolution dans le domaine de l’hébergement et du transport. Cela répond à une demande, la stratégie est très complexe. Il y a en effet une concurrence déloyale", précise Marie-Antoinette Maupertuis .
 

Une demande particulièrement importante en Corse. En 2019,  alors que le tourisme se portait bien, les réservations dans les hôtels et campings étaient quant à elles en chute libre. L'économie du secteur de l’hébergement est aujourd’hui plus que jamais, mise en péril par cette nouvelle concurrence.
 
Les vacanciers se tournent en effet de plus en plus vers ce type de locations, parce qu'évidemment, dans l'équation, il faut prendre en compte le porte-monnaie.