Transport des déchets de la Corse vers le continent : l'appel d'offres n'a pas été pourvu

Le Syvadec a annoncé ce jeudi matin à Corte que l'appel d'offre concernant le transport des déchets de la Corse vers le continent n'a pas été pourvu. / © Marion Fiamma / France 3 Corse ViaStella
Le Syvadec a annoncé ce jeudi matin à Corte que l'appel d'offre concernant le transport des déchets de la Corse vers le continent n'a pas été pourvu. / © Marion Fiamma / France 3 Corse ViaStella

Le Syvadec, le Syndicat public de valorisation des déchets corses, a annoncé ce jeudi 13 décembre à Corte que l'appel d'offres concernant le transport de déchets de la Corse vers le continent jusqu'aux sites de traitement n'a pas été pourvu. Les trois offres déposées vont être examinées par l'Etat. 

Par France 3 Corse ViaStella

La Corse n'a toujours pas de transporteurs pour ses déchets. Le Syvadec, Syndicat public de valorisation des déchets corses, devait annoncer ce jeudi 13 novembre à Corte, l'attribution de l'appel d'offres concernant l'acheminement des déchets corses vers le continent mais il n'a pas été pourvu. 

Trois offres avaient été déposées pour assurer l'acheminement de 70 000 tonnes de déchets corses depuis Bastia et Ajaccio jusqu'aux quatre sites de traitement choisis en septembre.


Des offres toutes supérieures à l'estimation du Syvadec


Les offres ont été ouvertes et examinées, mais sont toutes supérieures à l'estimation faite par le Syvadec. 

Réunies en bureau syndical après la commission d'appel d'offres, les intercommunalités, membres du Syvadec, ont réaffirmé leur intention de ne pas supporter seules le surcoût lié à l'export des déchets. Les communautés de communes appellent les autres partenaires comme la collectivité de Corse et l'État à le prendre en charge. 

Ces dernières semaines, le montant de 300 € la tonne était évoqué et craint notamment par la Collectivité de Corse. 
 

Transport des déchets de la Corse vers le continent : l'appel d'offres n'a pas été pourvu
Intervenants : François Tatti, président du Syvadec - Xavier Poli, délégué aux finances du Syvadec - Equipe : Maia Graziani, Marion Fiamma et Joseph Ienco

Les trois offres sont donc maintenant en sursis. Au moins deux d'entre elles seraient insulaires.
Les noms des opérateurs n'ont pas été communiqués, le temps que les services des l'État examinent les dossiers notamment ceux de la répression des fraudes et de la concurrence. Un examen technique, juridique et financier doit également être effectué. 

François Tati, président du Syvadec, veut éliminer tout risque de suspicion d'entente illégale entre les opérateurs. 
 

Sur le même sujet

Corsica Doc 2019

Les + Lus