"Une faute politique" : Nazione fustige l'accord de Beauvau sur l'autonomie de la Corse

Nazione a fustigé l'accord de Beauvau lors d'une conférence de presse à Ajaccio, samedi 16 mars. Le parti indépendantiste a indiqué qu'il ne se prononcerait pas en faveur de ce texte lors de son examen à l'Assemblée de Corse.

Nazione fait feu de tout bois contre l’accord de Beauvau trouvé lundi dernier.

Réunis aujourd’hui lors d’une conférence de presse, les membres du parti indépendantiste considèrent que le texte, signé par les élus insulaires d’une part et par le ministre de l’intérieur d’autre part, élude les revendications historiques du mouvement nationaliste.

Pire, selon eux, la manière dont sont rédigées ces écritures constitutionnelles et les termes employés pourraient même fermer définitivement la porte à un certain de nombre de mesures.

Faute politique

En signant cet accord, les élus corses auraient également, selon Nazione, commis une faute politique.

On se souvient que lundi dernier au sortir de la réunion de Beauvau, le président de l’Exécutif avait filé la métaphore sportive en déclarant que la Corse était désormais en demi-finale.

Une figure reprise ce samedi par Petr’Anto Tomasi, qui se démarque néanmoins de Gilles Simeoni, quant à la lecture du résultat, puisqu'il estime pour sa part que "la demi-finale a été perdue par l'équipe corse".

Examen à l'Assemblée de Corse

L’accord signé lundi devra obligatoirement passer devant l’Assemblée nationale et le Sénat, où certains élus de droite ont déjà considéré que son contenu était trop favorable aux positions des nationalistes corses.

En outre, le document sera soumis à l’examen de l’Assemblée de Corse lors de la prochaine session. Sans surprise, Josepha Giacometti-Piredda a annoncé qu’elle ne prononcera pas en faveur du texte.

Le reportage de Marc-Antoine Renucci et Stéphane Poli :

durée de la vidéo : 00h02mn17s
Nazione fustige l'accord de Beauvau ©M.-A. RENUCCI - S. POLI / FTV