Des milliers de poissons pêchés rejetés dans le golfe de Gascogne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Goux

L'organisation internationale Sea Shepherd dénonce le rejet à la mer des milliers de poissons morts au large du Golfe de Gascogne. Quatre navires usines sont sur la zone, l'organisation les soupçonne de cet acte théoriquement interdit.

Un véritable banc de poissons morts. L'image est saisissante. C'est l'organisation Sea Shepherd qui a posté les photos sur les réseaux sociaux. Les faits se sont produits à environ 300 kilomètres au large de La Rochelle, dans le golfe de Gascogne ces derniers jours.

Selon la présidente de Sea Shepherd France, Lamya Essemlali, ce sont des "captures accessoires". C'est à dire que les quatre navires usines qui sont sur la zone ont remonté ces poissons, mais ce ne sont pas ceux qu'ils recherchaient. Ils les ont donc rejetés massivement à l'eau pour ne pas encombrer leurs cales. Si le fait de pêcher ces poissons, des merlans bleus, a priori, est légal, le fait de les rejeter à l'eau ne l'est pas. Les bateaux ont l'obligation de les ramener au port et de les déclarer. Mais "ça les encombre et ces poissons qui ne sont pas ciblés par le navire, prennent de la place alors ils les rejettent" explique Lamya Essemlali. Selon elle, les contacts passés avec les capitaines des bateaux n'ont rien donné "ils ont tous nié, tous les quatre. Mais nous on est sûr que c'est l'une des quatre".

Selon la direction départementale des territoires et de la mer, de Charente-Maritime, le ministère de la Mer est saisi de cette affaire et va diligenter une enquête. "Ça fait typiquement partie des pratiques qui sont décriées sur le pillage des océans", nous explique-t-on.

VIDEO - Voir les images captées par Sea Shepherd

Parmi les quatre bateaux sur zone figure le Margiris, deuxième plus grand chalutier du monde. C'est un bateau de 142 mètres et de 6.200 tonnes, capable de traiter plus de 250 tonnes de poissons par jour. Il a fait souvent parler de lui et les écologistes anglais l'accusent de ruiner les fonds marins. En Australie les pêcheurs et les habitants s'étaient mobilisés contre sa venue dans les eaux australiennes, il n'avait pas été autorisé à y pêcher. Il est également fortement décrié par les pêcheurs français.

Position du Margiris (bateau-usine) au 03/02/2022

Jeudi soir, l'association des Chalutiers Congélateurs Pélagiques (PFA) a publié un communiqué pour expliquer l'incident " Aujourd’hui, à 5h50GMT, un navire membre de la PFA, le Margiris, a signalé aux autorités compétentes un incident de pêche au large de La Rochelle." Selon l'association il s'agit d'une erreur qui a été corrigée dans les règles

Fait rarissime, le chalut contenant des merlans bleus – une espèce soumise à quotas – s’est brisé accidentellement, relâchant ainsi de manière involontaire des poissons en mer. Conformément à la législation européenne, l’événement ainsi que les quantités péchées ont été consignés dans le journal de bord du navire et signalés aux autorités lithuaniennes, pays d’immatriculation du navire.

Association des Chalutiers Congélateurs Pélagiques

Dans un communiqué publié vendredi soir, la PFA affirme avoir "mis en place des mesures drastiques pour éviter que cela ne se reproduise. Les traits de chalut sont d’ores et déjà fortement réduits et les capteurs de remplissage ont été mis à jour pour être en bonne adéquation avec la densité exceptionnelle des bancs sur cette zone".

Pour autant, la ministre de la Mer Annick Girardin alertée par Sea Shepherd a décidé de lancer des investigations sur ce problème.

Elle a également réaffirmé la position de la France en matière de pêche durable.

La France défend une pêche durable et cela n’en est pas le reflet. Si une infraction devait être avérée, des sanctions seraient prises vis-à-vis de l’armateur responsable qui sera identifié.

Annick Girardin, ministre de la Mer

Images à bord du Margiris