• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Quitte ou double pour l'ASNL face à Ajaccio samedi à Marcel-Picot

ASNL - Coucher de soleil sur la tribune ouest du Stade Marcel Picot de Nancy. / © Flickr mx.style / Creative Commons
ASNL - Coucher de soleil sur la tribune ouest du Stade Marcel Picot de Nancy. / © Flickr mx.style / Creative Commons

Toujours lanterne rouge en Ligue 1 de football, et au vu du programme qui l'attend au mois de décembre, l'AS Nancy Lorraine doit absolument marquer des points. Cela passe obligatoirement par une victoire face aux Corses de l'ACA.

Par Didier Vincenot

Les supporters et observateurs s'en sont rendus compte :  l'ASNL va mal. Un malaise qui dure depuis le début de la saison. Une première victoire plutôt laborieuse contre Brest, un nul plutôt prometteur à Lille, bientôt effacés par une cascade de mauvaises prestations.
Après 13 journées, le bilan est catastrophique :  6 points, 1 victoire, 3 nuls et 9 défaites, 8 buts marqués contre… 24 encaissés (- 16).
Des statistiques alarmantes :  plus mauvaise attaque du championnat, 17ème défense avec les fameux 24 buts encaissés, seuls Troyes, Lorient (25 buts encaissés) et Bastia (32 buts) ont fait plus mal.
Plus mauvaise équipe à domicile (4 pts obtenus), 18ème équipe à l'extérieur (2 pts obtenus), seuls Troyes (1 pt) et Brest (0 pt) font plus mal.
Au niveau des "biscottes" obtenues par les joueurs, 16 jaunes et 4 rouges.

Les joueurs réagissent

S'il y a bien un moment où il faut "sauver le soldat ASNL", c'est bien maintenant.
Après le déchaînement de certains "supporters" suite au match perdu contre le Stade Rennais, et l'agression physique envers certains joueurs, l'ambiance s'est encore plus détériorée. Néanmois, certains joueurs prennent conscience de la situation de crise que traverse le club.
André Luiz, par exemple, parle de "match de la dernière chance".
Et il n'a pas tort. Le programme qui attend l'ASNL au mois de décembre est on ne peut plus "corsé" :  déplacement à Evian Thonon-Gaillard (18ème), qui lutte pour le maintien et cherchera évidemment à s'imposer, réception de Valenciennes (6ème), déplacement pour le moins périlleux à Lyon (1er), réception des Girondins de Bordeaux (2ème),  et pour finir, un déplacement à Bastia (17ème), qui lutte également pour le maintien, et sur le terrain duquel il est toujours difficile pour l'ASNL de gagner.
Comme le souligne justement Djamel Bakar, il faut marquer et remporter ce match.
Même si il y a eu un net "mieux" face à Troyes, 3 buts marqués, ceux-ci n'ont pas été l'œuvre d'attaquants. Pire, deux d'entre eux ont été marqués par deux défenseurs, signe de la carence offensive persistante de l'ASNL.

Nancy-Ajaccio : match à 6 points pour la survie

Le club d'Ajaccio connaît également des heures difficiles.
Par son classement, bien sûr (15ème), mais par surtout par les événements dramatiques liés à l'entourage de son président, Alain Orsoni. Président qui envisage pour sa sécurité de quitter le pays et par là même d'être contraint à passer la main.
Situation pas facile à gérer pour le club, et pour les joueurs.
Adversaire fragilisé, donc, qui vient d'être défait à domicile par Sochaux, mais qui est à surveiller de très très près, car avant cette défaite à domicile d'un petit but, Ajaccio avait passé 4 buts à Toulouse, au Stadium où il s'était finalement imposé 4 buts à 2.
Joueurs à surveiller particulièrement : Chahir Belghazouani et Frédéric Sammaritano, particulièrement en forme en ce moment.

Le match

Nancy devra dissiper sa peur, ne pas se fixer sur l'énorme enjeu de la soirée. Il n'y aurait de pire remède au mal que de montrer une fragilité psychologique face à un adversaire déterminé.
Le groupe devra trouver une nouvelle cohésion, une mentalité de gagnants. Mettre la pression sur l'adversaire tout en gardant le ballon, pour ne pas s'exposer à des contres meurtriers :  Nancy a du mal à marquer, et se voir mené au score serait la pire des façons que d'entamer ce match.
Un milieu récupérateur et offensif, et des attaquants qui devront savoir se montrer percutants, mais surtout habiles devant le but.
Le "mieux" offensif constaté à Troyes ne doit pas seulement être l'œuvre de défenseurs qui montent et s'exposent.
Savoir se dépasser, "mouiller le maillot", voilà des qualités que les nancéiens devront montrer samedi soir à Picot.
Au risque de sombrer dans les profondeurs du classement, avec en filigrane une seule perspective, un probable long séjour en Ligue 2.

A lire aussi

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus