Cet article date de plus de 8 ans

La camionnette blanche du Saulnois : réalité ou légende urbaine ?

Depuis plusieurs jours le bruit court avec insistance dans le sud-est de la Moselle : un homme au volant d'une camionnette blanche tenterait d'enlever de jeunes filles. Fantasme ou réalité ? Les gendarmes ont décidé de renforcer leurs patrouilles.
Alors que l'affaire Chloé fait les gros titres de la presse en France et en Allemagne et qu'en juin dernier un bruit équivalent circulait déjà dans le Saulnois (secteur de Château-Salins, en Moselle), une nouvelle fois, plusieurs témoignages rapportés par le Républicain Lorrain ont fait état ces derniers jours de contacts entre des enfants ou des jeunes filles avec un ou plusieurs hommes circulant à bord d'une camionnette blanche.

Aucune agression réelle n'a toutefois été relevée par les forces de l'ordre, mais par sécurité les gendarmes ont renforcé leurs patrouilles auprès des établissements scolaires.

En l'absence de faits tangibles, il est possible que cette information ne soit qu'une rumeur basée sur une mauvaise interprétation de faits, mal appréhendés par des enfants mais rapidement diffusés par le bouche à oreille et les réseaux sociaux, avec une déformation progressive du message.

C'est la diffusion de telles rumeurs qui aboutit à la création de légendes urbaines, et cela partout dans le monde, comme l'explique sur son site, la police du Québec : "une légende urbaine est une histoire étrange et spectaculaire, apparemment véridique, souvent inspirée d'un lointain fait divers. Cette histoire, qui fait le tour du monde grâce au bouche à oreille, au courriel ou à Internet, est racontée de bonne foi par des gens sincères, déformée ou amplifiée par chaque narrateur, mais qui, la plupart du temps, se révèle totalement fausse."

L'encyclopédie participative Wikipedia recense de nombreuses légendes urbaines françaises et étrangères.

Dans le doute, deux solutions : consulter un site anti-rumeurs comme Hoaxbuster ou tout simplement prendre contact avec la police ou la gendarmerie en appelant le 17.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société