Cet article date de plus de 8 ans

Skylander : l'aventure continue et les salaires vont être payés

Les juges du tribunal de commerce de Briey ont décidé la poursuite de l'activité de SkyAircraft, l'entreprise de Serge Bitboul, et du projet Skylander.
Image de synthèse du Skylander en vol.
Image de synthèse du Skylander en vol. © France Télévisions Lorraine.
Les juges du tribunal de commerce ont décidé la poursuite de l'activité de SkyAircraft et les salariés ont annoncé sur Twitter que le reliquat des salaires de novembre seraient versés dans les 24 heures.

Prochaine audience le 20 décembre pour examiner les dossiers des investisseurs intéressés par l'entreprise.

Une cinquantaine de ses salariés portant des t-shirts blancs floqués "Qu'il vole" et "made in france" avaient fait le déplacement, jeudi 6 décembre 2012 au tribunal de Briey (54) pour prendre connaissance de la décision des juges consulaires sur l'avenir de leur société SkyAircraft.

Placé en redressement judiciaire depuis le 4 octobre 2012, l'entreprise n'était plus en mesure ces derniers jours de régler l'intégralité des salaires. En conséquence, lors d'un CE extraordinaire mardi 4 décembre, les administrateurs judiciaires aavient annoncé qu'ils allaient demander au tribunal de commerce de prononcer la cessation immédiate d'activité et le licenciement des 159 salariés.

Toutefois, dans les heures précédent l'audience, deux pistes avaient été évoquées pouvant permettre de prolonger l'activité de SkyAircraft :
Une seconde hypothèse plausible, Joël Berger, directeur général des services de la région Lorraine, étant présent à l'audience qui s'est tenue à huis-clos et alors que Jean-Pierre Masseret, président socialiste du conseil régional aurait rencontré des investisseurs russes et israëliens intéressés par la société selon notre confrère Philippe Rivet de l'Est Républicain, présent à Briey.


Des salariés mobilisés sur les réseaux sociaux
Ils s'interrogent, échangent et communiquent avec

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
skylander économie social jean-pierre masseret justice