Au moins 1600 frontaliers ont manifesté dimanche matin à Saint-Louis pour défendre le droit d'option

Publié le Mis à jour le
Écrit par avec AFP

1600 frontaliers selon les sources policières se sont réunis dimanche matin à Saint-Louis sous une pluie battante pour défendre le droit d'option, avant de défiler dans les rues de la ville.



Qu'est ce que le droit d'option ?

   Les travailleurs frontaliers avaient jusqu'à présent le choix entre le système suisse (LAMal), l'assurance maladie française (la CMU, couverture maladie universelle) ou une assurance privée, souvent moins onéreuse. A partir du 1er juin 2014, ceux qui auront choisi d'être assurés en France ne pourront le faire qu'à travers la Sécurité sociale. Ils ne pourront plus prendre une assurance privée, a annoncé le gouvernement fin septembre. (...)











100 à 150 millions d'euros pour la Sécurité sociale

La décision du gouvernement, qui fera l'objet d'un décret, devrait rapporter 100 millions d'euros à la Sécurité sociale la première année, 150 millions par la suite.  



Charles Flory, président du comité de protection des travailleurs frontaliers européens




Quelque 169.000 personnes résident en France et travaillent en Suisse, parmi lesquelles une petite minorité de Suisses. Seuls quelque 7.000 frontaliers sont assurés en Suisse. Parmi les autres, 9.000 cotisent à la CMU tandis que 153.000 cotisent à une assurance privée. Les frontaliers résident dans le Doubs, la Haute-Savoie, la Savoie, le Jura, le Haut-Rhin et le Territoire de Belfort.



  • Une pétition a été lancée pour le maintien du droit d’option des frontaliers au début du mois
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité