Acquitté pour le meurtre de sa femme, le Dr Muller veut faire cesser la diffusion d'"Intime Conviction" sur Arte

Définitivement acquitté de l'accusation de meurtre de sa femme, le Dr Jean-Louis Muller a assigné Arte pour faire cesser la diffusion d'"Intime conviction", une fiction inspirée de son affaire où les internautes pourront livrer leur verdict. Ces avocats l'ont annoncé ce samedi.

L'audience de référé est prévue mercredi à 11 heures au tribunal de grande instance de Paris, ont précisé les avocats.
Succès d'audience, le téléfilm "Intime conviction", de Rémy Burkel avec Philippe Torreton et Camille Japy, a d'abord été diffusé le 14 février sur la chaîne franco-allemande. En parallèle, un site internet prolongeant cette fiction permet de suivre jusqu'au 2 mars le procès du suspect, "le docteur Villers", médecin légiste comme le vrai Dr Muller.

De nombreuses similitudes entre la fiction et l'affaire

Ce jour-là, "le divertissement connaitraît son épilogue" avec la diffusion du verdict prononcé par un jury et "du résultat du vote des internautes", relèvent Mes Eric Dupond-Moretti et Jérémie Assous dans leur assignation.
Les avocats soulignent dans un tableau les similitudes entre la fiction produite par Maha Productions et la véritable affaire Muller : la profession du suspect, le lieu des faits, les armes retrouvées, jusqu'à la cicatrice au visage de l'épouse du docteur, causée par le sabot d'un cheval. Ils produisent aussi plusieurs articles de presse faisant le rapprochement entre fiction et réalité.

L'oeuvre "piétine" l'innocence du Dr Muller

"Loin d'être une fiction, "Intime Conviction" se fonde sur la vie et l'histoire du docteur Jean-Louis Muller", dénoncent les avocats. Mais selon eux, "des éléments imaginaires" ont été rajoutés, "tous à charge" et "ce programme a pour effet de salir le docteur Muller".
Fin octobre, Jean-Louis Muller, 58 ans, a été définitivement acquitté de l'accusation de meurtre de sa femme en 1999, après deux condamnations à 20 ans de prison.

"En prenant le risque de remettre en cause, ne fut-ce que dans une partie de l'opinion publique" son innocence, Maha Productions et Arte "lui portent un préjudice considérable", ajoutent les avocats, pour qui l'oeuvre "piétine" cette innocence "judiciairement consacrée".
Jean-Louis Muller accuse Arte et Maha Productions d'atteinte au respect de sa vie privée. Il demande au tribunal qu'il ordonne de faire cesser la diffusion d'"Intime conviction", "sur quelque support que ce soit" et sous astreinte de 50.000 euros. Il réclame également 100.000 euros pour son préjudice et la publication de l'éventuelle condamnation sur la chaîne et le site internet de l'émission.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice médias