Les terribles combats de la colline du Léomont

Le monument à la mémoire des soldats tombés au champ d'honneur lors des combats du Léomont. / © Bruno Courtaux - France Télévisions
Le monument à la mémoire des soldats tombés au champ d'honneur lors des combats du Léomont. / © Bruno Courtaux - France Télévisions

Située à Vitrimont (54), pas loin de Lunéville, la colline du Léomont représentait un emplacement militaire stratégique de premier ordre lors des premiers combats de la Grande guerre, en août 1914. 
Des affrontements qui, ici, se sont déroulés du 20 août au 10 septembre 1914.

Par Benoît Razimont

Patrick-Charles Renaud est passionné par la Grande guerre.
De sa recherche constante d'historien, il a tiré un livre, " La guerre à coups d'hommes".

Un titre évocateur, qui rappelle le sacrifice des combattants de 14, ceux qui en cet été 14, ne s'appelaient pas encore les "Poilus".
L'ouvrage rappelle leurs combats, leur souffrance quotidienne avec beaucoup de pudeur et de réalité historique.

Un ouvrage qui retrace l'horreur des premiers combats de 14-18 dans notre région. / © Bruno Courtaux - France Télévisions
Un ouvrage qui retrace l'horreur des premiers combats de 14-18 dans notre région. / © Bruno Courtaux - France Télévisions

Nous avons suivi l'auteur  sur un site emblématique de ces premiers combats dans notre région, la colline du Léomont, près de Lunéville.

Un lieu stratégique pour les deux camps, car il permet de se donner une vision parfaite de l'environnement, des déplacements, à des kilomètres à la ronde, et de pouvoir positionner des pièces d'artillerie.

Les premiers combattants n'avaient pas encore l'équipement du Poilu. Vareuse bleue, pantalon rouge, casquette rouge, l'équipement était facilement identifiable par l'ennemi. / © Bruno Courtaux - France Télévisions
Les premiers combattants n'avaient pas encore l'équipement du Poilu. Vareuse bleue, pantalon rouge, casquette rouge, l'équipement était facilement identifiable par l'ennemi. / © Bruno Courtaux - France Télévisions


Le 20ème corps d'armée du général Foch, et la célèbre "Division de Fer", paieront un lourd tribut aux violents combats qui se dérouleront au Léomont.
Les grosses pièces d'artillerie allemandes feront d'énormes dégâts.

Les soldats français résistent, leur mission est de stopper l'envahisseur et de l'empêcher de prendre Nancy.
Sous la mitraille, l'atmosphère est terrible, les blessés râlent, les vivres manquent, et, sous le feu de l'ennemi, on ne peut ramasser ni les morts, ni les cadavres de chevaux, et l'odeur se fait bientôt pestilentielle.

Des combats au corps à corps auront lieu. La colline du Léomont changera 8 fois de mains.

La bataille du Léomont en 194



Sur le même sujet

A 31 : le débat continue

Près de chez vous

Les + Lus