Cet article date de plus de 7 ans

Disparition de Jacqueline Dils : Patrick veut vivre ce deuil dans la dignité

La mère de Patrick Dils, Jacqueline, s'est éteinte le 29 mars 2014 dans une totale discrétion. Une dignité qu'elle souhaitait par dessus tout et que son fils Patrick Dils veut absolument respecter. Elle fut pour lui un soutien de tous les instants dans les épreuves judiciaires qu'il a traversées. 
Jacqueline Dils au procès de son fils Patrick à Lyon en 2002
Jacqueline Dils au procès de son fils Patrick à Lyon en 2002 © INA
Elle était une battante. Avec son mari, elle a été un soutien de tous les instants pour son fils Patrick. Jacqueline Dils est décédée le 29 mars 2014 à l'âge de 72 ans dans une discrétion qui lui ressemblait tant. Cette disparition est survenue deux jours avant le début d'un procès hors-norme, celui de Francis Heaulme devant Cour d'Assises de la Moselle pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz en 1986. Deux jours avant les rebondissements qui ont fait changer le cours de l'histoire de cette affaire judiciaire sans fin.
Le nom des Dils a été longtemps mêlé à celui de ce meurtre terrible de deux enfants de huit ans un jour de septembre 86. Jamais Jacqueline Dils n'avait  douté de l'innocence de son fils. L'acquittement de Patrick Dils, l'issue du procès de Lyon en 2002 et après des années de lutte fut pour elle un soulagement.

Je suis évidemment bouleversé et pour respecter la volonté de ma mère, je veux vivre ce deuil dans l'intimité", nous a confié Patrick Dils ce matin 3 avril 2014.



 



Patrick Dils avant le procès de Francis Heaulme confiait à France 3 Lorraine qu'il espérait enfin la vérité sur le crime de Montigny-lès-Metz
Patrick Dils avant le procès de Francis Heaulme confiait à France 3 Lorraine qu'il espérait enfin la vérité sur le crime de Montigny-lès-Metz © F3Lorraine
"Nous voulons aujourd'hui rester en famille" poursuit Patrick, cette famille qui a traversé tant de perturbations sans jamais faillir. Patrick Dils devait témoigner le 7 avril prochain devant la Cour d'Assises de la Moselle dans le cadre du procès de Francis Heaulme. Il pensait que ce procès lui apporterait peut-être les réponses aux questions qu'il se pose depuis tant d'année. La justice en aura décidé autrement en revoyant le procès à une session ultérieure. Pour autant, la Cour n'a pas oublié l'immense gâchis dont le jeune homme a été victime. Le 1er avril 2014, avant de confirmer le renvoi du procès Heaulme, le Président Gabriel Steffanus avait tenu à dire " Au nom de la cour et de l'institution judiciaire, je tiens à dire à Patrick Dils combien a été immense l'erreur judiciaire."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société francis heaulme