Edouard Elias et les trois autres journalistes otages français en Syrie “libres“ et ”en bonne santé”

Edouard Elias, lors du tournage de son portrait par France 3 Lorraine en décembre 2012. / © France 3 Lorraine.
Edouard Elias, lors du tournage de son portrait par France 3 Lorraine en décembre 2012. / © France 3 Lorraine.

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont "libres" et "en bonne santé", a annoncé samedi 19 avril 2014  à l'AFP le président François Hollande, en exprimant son "immense soulagement". Ils seront de retour en France "dans les prochaines heures", selon un communiqué de l'Elysée.

Par Jean-Christophe Dupuis-Rémond avec AFP.

Dans une déclaration à l'AFP, samedi 19 avril 2014, François Hollande, le chef de l'Etat, dit avoir "appris avec un immense soulagement ce matin la libération des quatre journalistes français" (Edouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torres) retenus en otages en Syrie depuis juin 2013, précisant que les quatre hommes sont "en bonne santé en dépit des conditions très éprouvantes de leur captivité".

Ils seront de retour en France "dans les prochaines heures", selon un communiqué de l'Elysée.

Libérés à la frontière avec la Turquie

Les quatre journalistes français otages en Syrie libérés, ont été retrouvés par des soldats turcs à la frontière turque avec la Syrie ligotés et les yeux bandés, a rapporté samedi l'agence de presse turque Dogan.
Les quatre hommes ont été abandonnés par des hommes inconnus dans la nuit de vendredi à samedi dans le no man's land de la frontière séparant la Turquie et la Syrie, près de la petite ville turque d'Akçakale (sud-est), selon l'agence.

Edouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torres ont été découverts par une patrouille de l'armée turque qui, dans un premier temps, a cru avoir affaire à des contrebandiers mais après avoir remarqué que les hommes parlaient français, les ont conduits à un poste de police d'Akçakale.
Dans les images diffusées sur les chaînes de télévision turques on voit les quatre journalistes, cheveux longs et barbus mais visiblement en bonne santé, en train d'entrer et de sortir du commissariat dans la nuit, sans faire de déclaration aux caméras.

Portrait d'un photo-reporter lorrain

Enlevé le 6 juin 2013 dans la région d'Alep  avec son collègue d'Europe 1 Didier François, Edouard Elias, originaire du Gard, était étudiant à l'école de Condé, section photo, à Nancy. Il avait signé son premier reportage de guerre en août 2012, déjà à Alep en Syrie. Une première expérience saluée par une consécration : la publication de deux clichés dans Paris-Match , the Sunday Times et der Spiegel.
Nos journalistes Franck Gaillet et Bruno Courtaux l'avaient rencontré en décembre 2012 avant qu'il ne retourne en Syrie en janvier. Voici son portrait :
Portrait d'Edouard Elias, photo-reporter lorrain enlevé en Syrie en juin 2013

 

"une joie immense" : Denis Olivennes (Europe 1)

"C'est une joie immense, on en pleure", a déclaré samedi le PDG d'Europe 1 Denis Olivennes après l'annonce de la libération des quatre journalistes français otages en Syrie depuis dix mois, dont deux envoyés spéciaux de la radio. Didier François, grand reporter à la radio Europe 1 et Édouard Élias, photographe indépendant missionné par la radio, avaient été enlevés le 6 juin 2013.

Le reporter Nicolas Hénin et le photographe Pierre Torrès avaient été enlevés le 22 juin dans le nord du pays.

"On savait que les choses approchaient de leur terme, mais je voudrais remercier infiniment les pouvoirs publics qui ont permis leur libération, tout ceux qui se sont mobilisés, les familles, le comité de soutien... La liste est trop longue, il y a eu une immense solidarité", a-t-il conclu.

Sur le même sujet

Les + Lus