Lorraine : "pas d'instruction actuellement" pour interdire le signalement des radars sur les réseaux sociaux

Publié le Mis à jour le

Prévenir de la présence d'un radar, au volant, à la radio ou sur une page Facebook n'est que toléré. Et peut vous valoir une procédure judiciaire comme c'est actuellement le cas dans l'Aveyron. Qu'en est-il en Lorraine ? Risquez-vous 1.500 euros d'amende ? L'accent est plutôt mis sur la prévention.

La mortalité routière est en hausse de 15,2 % en mai, selon la Sécurité routière, qui a publié ses chiffres mercredi 18 juin 2014. Le nombre de blessés est lui aussi en augmentation de 20,2%. La situation est également mauvaise en Lorraine avec notamment une augmentation du nombre de tués depuis le début de l'année en Meurthe-et-Moselle et Moselle.

La réponse des autorités passe par une augmentation du nombre de contrôles routiers à l'aide notamment des nouveaux radars embarqués dits "mobile-mobile" permettant d'identifier des véhicules en contravention dans les deux sens de circulation. Quatre radars mobiles de ce type circulent actuellement en Moselle, un cinquième dès la semaine prochaine. En un an, ils ont flashé 25.000 automobilistes, un record en France, avec une majorité de dépassement de vitesse de moins de 20 km/h...

En réponse, les automobilistes développent des pages Facebook pour signaler les contrôles de vitesse. Ils diffusent également ces informations dans les émissions radios comme celle de France Bleu Lorraine, "on fait la route ensemble", de 6 heures à 9 heures et de 16 heures à 19 heures, toutes les dix minutes en semaine.

Or dans le sud de la France, magistrats et policiers déplorent la diffusion de ces informations, au point d'entreprendre des procédures qui pourraient, en cas de condamnation, aboutir à des amendes de 1.500 euros et des retraits de permis de conduire. Les forces de l'ordre qui rappellent également que l'usage des feux de routes (appel de phares) pour prévenir de la présence d'un contrôle n'est que toléré par les policiers et gendarmes (article R416-6 du Code de la Route). Et qu'il peut vous valoir, comme le téléphone au volant, une contravention de 4e classe : 90 à 375 euros...


Qu'en est-il en Lorraine ?

Patrick Langinier, coordinateur départemental de Sécurité Routière auprès du préfet de la Moselle :
##fr3r_https_disabled##
##fr3r_https_disabled##


En réalité, pour Patrick Langinier, la vraie réponse ce sont les radars mobiles qui passent rapidement d'un point accidentogène à un autre et des radars fixes positionnés sur des périodes courtes. De sorte que les alertes sont de moins en moins efficaces.

##fr3r_https_disabled##


Le point de vue de France Bleu Lorraine

Avec Bruno Marion, directeur de France Bleu Lorraine à Metz :

##fr3r_https_disabled##


Vous pouvez donc pour l'instant continuer de diffuser l'information sur les contrôles routiers mais attention, pas avec le téléphone en main et toujours en roulant avec prudence.