• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Agression de Nancy : mise en examen pour “violences volontaires en réunion et sur personne vulnérable”

© Cellule web France 3 Lorraine
© Cellule web France 3 Lorraine

La principale auteur des faits, une mineure de 15 ans, a été mise en examen dimanche 21 septembre 2014 pour "violences volontaires en réunion et sur personne vulnérable", sa victime souffrant d'un léger handicap physique.  Ses 3 camarades comparaîtront devant un juge des enfants.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

L'agression (filmée le 10 septembre 2014 et mise en ligne ce week-end) d'une fille de 18 ans dans le parc de la Pépinière à Nancy (voir notre article précédent) a déchaîné les réseaux sociaux contre la principale auteur des faits, une mineure de 15 ans qui a été mise en examen dimanche 21 septembre 2014.

Un juge des enfants l'a mise en examen  pour "violences volontaires en réunion et sur personne vulnérable", sa victime souffrant d'un léger handicap physique.

Elle a été placée en "liberté surveillée préjudicielle", sous la surveillance et le contrôle d'un éducateur, une mesure provisoire d'observation allant jusqu'à 6 mois, dans l'attente de son jugement. L'adolescente "a exprimé des regrets", selon le parquet.

Trois amies de l'agresseur, aussi âgées de 15 ans, placées en garde à vue, ont été libérées samedi 20 septembre dans l'attente de leur comparution devant un juge des enfants.

C'est la mère de l'agresseur qui a posté cette vidéo sur Youtube suite à un différend avec sa fille. Elle pourrait donc elle aussi être entendu par les enquêteurs.

Colère et moquerie contre l'agresseur sur les réseaux sociaux

Après avoir rapidement identifié l'auteur des faits et révélé son nom, les réseaux sociaux se sont déchaînés contre elle pour dénoncer son geste, souvent en l'injuriant et en la moquant, à propos notamment de son physique, au moyen de photomontages.

"Nous avons réagi très vite"
Commandant Stéphane Charpentier Chef du service sécurité publique
"La vidéo a échappé à ses auteurs"
Commandant Stéphane Charpentier Chef du service sécurité publique


Dans un message sur sa page Facebook, la Police Nationale demande aux internautes de ne pas diffuser la vidéo et Afin de ne pas compliquer le travail d'enquête des policiers de Nancy, et appelle à l'apaisement tout en remerciant les internautes pour leur vigilance sur le web.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus