• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Coup de grisou, coup de poussier

La catastrophe du Puits Simon a été provoquée par un coup de grisou suivi d’un coup de poussier (aussi appelé coup de poussière). Le phénomène est redouté par tous les mineurs car il a souvent été à l’origine de nombreuses pertes humaines.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

La catastrophe du Puits Simon a été provoquée par un coup de grisou suivi d’un coup de poussier (aussi appelé coup de poussière). Le phénomène est redouté par tous les mineurs car il a souvent été à l’origine de nombreuses pertes humaines.

Avant celle de Forbach, trois catastrophes dues à ce phénomène avaient marqué les esprits : à Courrières (62) le 10 mars 1906, grisou et poussier provoquent la mort de 1.099 mineurs de charbon exploitant la veine (= couche de charbon) Denise. Le 15 mars 1907, 83 mineurs meurent dans le puits Vuillemin de Petite-Rosselle (57), la pire catastrophe en Lorraine. A Liévin (62) le 27 décembre 1974, 42 mineurs perdent la vie dans l’exploitation de la veine Six Sillon.

Le grisou est un gaz plus léger que l’air, contenant 90% de méthane (inodore et invisible), enfermé dans les roches carbonifères (contenant du charbon). Plus la veine est située profondément sous terre, plus le grisou est concentré (sous pression) dans le charbon. Il se dégage pendant les travaux d'exploitation, migre vers le haut des galeries où il peut s’accumuler et devient explosible au contact de l'air.

Le poussier est un ensemble de particules de poussières de carbone hautement inflammables. Il est créé par l’exploitation du charbon (percement de la veine) et se trouve en permanence en suspension dans l’air des galeries. Il est à l’origine de la silicose, maladie pulmonaire du mineur. La moindre flamme peut provoquer l’inflammation du poussier sur d’importantes longueurs de galerie. Il est souvent précédé d’une puissante explosion provoquée par le grisou, concentré en un point et brutalement enflammé. Cette explosion du grisou soulève la poussière et l’enflamme.

Des dispositifs de sécurité existent pour lutter contre le grisou (système d’aérage, appareils de détection : grisoumètre) et le poussier (lampes sécurisées, projection de craie sur les parois, humidification des galeries, bacs d’eau ou de sable qui ont remplacé les planches de poussières de craie suspendues en hauteur dans les galeries).

A lire aussi

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus