Grippe : l'Alsace est aussi dans le rouge

Tout comme dans les autres régions de France, on avait pas connu une telle épidémie de grippe depuis la pandémie de 2009/2010. La situation est de plus en plus délicate dans les hôpitaux qui ont des difficultés à accueillir tous les malades.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a donné son feu vert à des mesures d'urgence dans les hôpitaux, comme la déprogrammation d'opérations, pour répondre à l'épidémie de grippe. Le plan Orsan, déclenché hier dans tout le pays, prévoit notamment la mobilisation des médecins libéraux, afin que l'hospitalisation soit réservée aux situations d'urgences. "Concrètement il s'agit que les (...) hôpitaux s'organisent, soit avec des ouvertures de lits, soit avec la réorganisation des services pour accueillir les personnes malades de la grippe" a déclaré vendredi Mme Touraine, en visitant une maison de santé dans le Val d'Oise.

Reportage de Pierre Breiner et Thierry Sitter
En Alsace la situation est difficile depuis plusieurs semaines déjà. Les urgences par exemple ont de plus en plus de mal à gérer les flux de malades et notament les cas les plus graves. Il est souvent nécessaire d'hospitaliser les gens plus longtemps et surtout, les malades dont l'état nécessite une hospitalisation, sont beaucoup plus nombreux qu'habituellement. Notamment des personnes agées qui ont en plus d'autres pathologies et des sujets jeunes, autour de 50 ans, que les médecins voient plus rarement d'ordinaire.

Le plan Orsan est déclenché alors que les urgentistes dénoncent une "situation sanitaire critique" dans les hôpitaux avec une saturation comparable à celle de l'été caniculaire de 2003 qui avait fait 15.000 morts.