Alsace : Alstom envisage de céder son usine de Reichshoffen pour acheter son concurrent Bombardier Transport

Dans le cadre de son acquisition de Bombardier Transport, le constructeur ferroviaire Alstom envisage de céder son usine de trains régionaux situé à Reichshoffen. La proposition, parmi d’autres, doit être examinée par la Commission européenne.
 

L'usine Alstom de Reichshoffen compte 800 salariés.
L'usine Alstom de Reichshoffen compte 800 salariés. © Jean-Marc Loos / Maxppp
Afin de racheter le constructeur ferroviaire québécois, tout en respectant les règles européennes liées à la concurrence, Alstom est prêt à négocier avec Bruxelles la cession de certains sites, notamment celui de Reichshoffen (Bas-Rhin). Le groupe français a fait savoir le 11 juin dernier à la Commission européenne son projet d’acquérir Bombardier Transport, le secteur transports du conglomérat canadien, pour six milliards d'euros.
  

800 salariés

L'usine bas-rhinoise compte 800 salariés, tous contrats confondus, et reste donc dans l'expectative d'une décision de Bruxelles. Comme au mois de février dernier, à l'annonce du rachat de Bombardier, les syndicalistes sont inquiets. "Ce qu'ils nous disent, c'est que Reichshoffen est plus facile à vendre parce que tous les autres sites sont multiproduits, nous aussi on l'était, mais la direction centrale d'Alstom nous a pris ces produits qu'on faisait avant. On faisait des remorques extrêmes de TGV, des tramways... et tout cela a été pris par la direction, elle nous a dépouillé et nous a laissé un produit, le Régiolis [génération de rames]", indique Daniel Dreger, porte-parole de l'intersyndicale.

Bombardier Transport est détenu à 32,5% par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). La CDPQ devrait devenir - à moyen terme - le premier actionnaire du groupe français avec 18% du capital. Avec actuellement 15% du capital, Bouygues est le premier actionnaire d'Alstom.

La cession s'inscrit dans une politique européenne refusant tout monopole entre les entreprises d'un même secteur. Pour mémoire, le groupe allemand Siemens, qui avait proposé la reprise d’Alstom en février 2019, s’était vu opposé le veto de Bruxelles en raison "d’une concentration" qui "aurait porté atteinte à la concurrence sur les marchés des systèmes de signalisation ferroviaire et des trains à très grande vitesse", indique le site de la Commission européenne.

CP Engagements Alstom Acquisition Bombardier by Léna Romanowicz on Scribd


D’autres engagements du constructeur ferroviaire, à l’instar de la cession de la plateforme Bombardier Talent 3 du site de Hennigsdorf en Allemagne, sont dans l’attente d’une approbation de la Commission européenne dans les jours à venir. L'acquisition devrait se concrétiser au premier semestre de l'année 2021, a annoncé le groupe dans un communiqué.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alstom économie entreprises transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter