Covid en Alsace : des chiffres encourageants pour le vaccin et les contaminations, mais la vigilance reste de mise

La situation sanitaire en Alsace s'améliore, même si des points d'inquiétude demeurent. Les autorités appellent la population à ne pas relâcher ses efforts.

Le masque n'est plus obligatoire partout en extérieur, mais la vigilance reste de mise.
Le masque n'est plus obligatoire partout en extérieur, mais la vigilance reste de mise. © Vincent Ballester, France Télévisions

Des chiffres bons, mais pas encore optimaux (notamment celui des 147 personnes toujours en réanimation). C'est ce qu'on peut retenir d'une conférence de presse donnée conjointement par la préfecture et l'agence régionale de santé, ce jeudi 17 juin 2021.

Parmi ces "conditions favorables" dans la région, on retrouve entre autres une bonne dynamique tant en vaccins qu'en dépistages, un taux de positivité de seulement 1%, et un taux d'incidence inférieur à 50. Celui des départements du Bas-Rhin et Haut-Rhin reste tout de même assez élevé : il atteint même 58 dans l'agglomération de Mulhouse, et 60 dans l'Eurométropole de Strasbourg.

L'évolution du variant delta (nouvelle dénomination du variant indien) est suivie avec attention. C'est l'une des raisons pour lesquelles la vigilance reste de mise. La préfète Josiane Chevalier a d'ailleurs rappelé que le port du masque en extérieur était certes assoupli mais restait obligatoire :

Il y a aura "deux jambes pour cette nouvelle phase" de la gestion de la crise sanitaire. Le "tester, alerter, et protéger", surtout avant les retrouvailles en famille pour les vacances : il ne faut jamais hésiter si l'on pense avoir des symptômes et même si on a déjà reçu ses doses de vaccin. Et le "vacciner" afin d'atteindre une immunité collective.

Pour cette stratégie vaccinale, il y a un "très bon rythme", avec 2.6 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin (Pfizer, Moderna, Janssen, AstraZeneca), soit 44% de la population du Grand Est. Un "assouplissement" dans le délai d'administration des secondes doses (entre 24 et 49 jours) est prévu pour ne pas entraver les départs en vacances.

Parmi les observations partagées par l'ARS, un "tassement" est observé chez les personnes les plus âgées (qui ont été vaccinées le plus tôt) : il faut donc inciter celles qui n'ont pas encore bénéficié du vaccin. L'Assurance maladie va contacter très prochainement les personnes âgées de plus de 64 ans et leur aménager des créneaux de vaccination. Autre observation : une "homogénéité" de la couverture vaccinale entre départements, qui est une "bonne nouvelle car il faut éviter la formation de poches" (où pas assez de personnes sont vaccinées).

Un mot d'ordre pour finir : "vaccinez-vous, et allez voter". C'est le voeu du Premier ministre, Jean Castex, et vous avez le choix de l'exaucer ou non...
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19