Alsace : pourquoi il ne faut pas nourrir les oiseaux sauvages avec du pain

La Ligue de protection des oiseaux (LPO) d’Alsace et la Ville de Strasbourg lancent une nouvelle campagne de sensibilisation pour arrêter de donner à manger du pain aux oiseaux et animaux sauvages.

Donner à manger du pain aux oiseaux peut entraîner intoxications, carences voire malformations.
Donner à manger du pain aux oiseaux peut entraîner intoxications, carences voire malformations. © P. Heckler / Maxppp

Avec les restrictions sanitaires et la fermeture de nombreux équipements de loisirs, vous êtes nombreux à vous rabattre sur les balades près de chez vous, notamment autour des points d’eau. Il est toujours amusant avec les enfants d’aller donner des miettes de pain ou de biscotte aux cygnes, canards et autres oiseaux sauvages. Même s'ils en raffolent, autant que les enfants aiment les bonbons, cela est très mauvais pour leur santé. 

Scène de nourrissage captée en janvier 2021 sur le canal à Schiltigheim.
Scène de nourrissage captée en janvier 2021 sur le canal à Schiltigheim. © C. Moreau/France Televisions

Le pain contient du gluten et du sel, que les oiseaux ne peuvent pas digérer. Il peut provoquer des carences alimentaires et des intoxications. Les miettes tombées à l'eau peuvent se charger en bactéries avant que les animaux ne les ingèrent.

Le syndrome de l'aile d'ange

Une alimentation trop riche peut aussi avoir pour conséquence des malformations pouvant entraîner la mort. L'une d'elles est le syndrome de l'aile d'ange - dit aussi de "l'aile d'avion" - qui consiste en une déformation progressive et anormale des articulations des ailes qui se tordent vers l'extérieur. A terme, cela peut empêcher un cygne ou un canard de voler, ce qui peut les mettre en danger. Ce phénomène est en particulier observé chez les volatiles évoluant près de zones habitées par l'homme.

Un canard atteint du syndrome de l'aile d'ange (ou "aile d'avion"). Ses ailes sont repliées vers l'extérieur.
Un canard atteint du syndrome de l'aile d'ange (ou "aile d'avion"). Ses ailes sont repliées vers l'extérieur. © Cengland0

Risque de propagation de la grippe aviaire

Jeter des bouts de pains aux cygnes et aux mouettes peut représenter un autre danger. Le rassemblement d’oiseaux attirés en grand nombre par la gourmandise peut favoriser la propagation de maladies et de virus. Et cela peut entraîner de graves conséquences en cette période de propagation de la grippe aviaire qui met à mal de nombreux élevages en France. Des cas de contamination ont encore été detéctés à la fin du mois de mars à Brumath et Strasbourg (voir notre article). 

La maladie se transmet entre volatiles par voie respiratoire (toux, éternuements), par les fientes mais aussi par l'urine et les plumes. Il est d'ailleurs rappelé aux particuliers ayant quelques poules ou une basse-cour de confiner dans un lieu clos et couvert leurs oiseaux.

Il est temps de retirer les mangeoires

Maintenant le printemps revenu, la ligue de protection des oiseaux et les protecteurs de la faune sauvage alertent aussi sur la nécessité d’arrêter de donner des graines aux oiseaux. Si un complément peut être bienvenu par temps de grand froid, quand les vers de terre restent cachés à l'abri, les oiseaux doivent redevenir insectivores à la belle saison pour nourrir leurs petits.

Il n’y a que pendant les périodes de grand froid que vous pouvez donner un complément alimentaire. Il faut alors se limiter à des graines achetées en magasins spécialisés, à du maïs en grain, du blé ou des raisins sans pépins.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature animaux