Alsace : Marine Moletto professeur de mandoline, primée à un concours : "Il faut dépoussiérer l'image de cet instrument"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claire Peyrot
Pas une journée sans que Marine ne pratique la mandoline.
Pas une journée sans que Marine ne pratique la mandoline. © Diane Iardo - France Télévisions

Marine Moletto vient de décrocher la deuxième place au prestigieux concours de mandoline de Schweinfurt en Allemagne. Et un poste à l’école de musique de Riedisheim. Et un autre au conservatoire de musique de Belfort.

Son sourire et sa bonne humeur sont perceptibles, même au téléphone. Marine Moletto a fait de sa passion son métier, et de son instrument toute sa vie. A 22 ans, la jeune femme originaire de l’arrière-pays niçois partage son temps entre les Alpes Maritimes et l’Alsace. Mais aussi Belfort. Deux jours et demi ici, deux jours et demi "en bas".

"Je n’avais pas prévu d’avoir un poste" explique-t-elle. "C’est une opportunité qui s’est présentée en fin d’année. Le professeur de mandoline du conservatoire de Belfort partait à la retraite, il enseignait aussi à l’école de musique de Riedisheim, je me suis dit pourquoi pas ? " Il faut croire que l’automne 2021 réservait bien des surprises à la musicienne.

Les 9 et 10 octobre, elle a décroché la deuxième place au prestigieux concours de mandoline de Schweinfurt, près de Francfort en Allemagne. "C’est super pour moi, mais c’est surtout l’occasion de parler de mon instrument" dit-elle.

Entre Marine et la mandoline, c’est le coup de foudre dès le départ. Une passion qui remonte à l’enfance. Elle a alors 7 ans, ses parents ne sont même pas musiciens, mais ils lui ont toujours fait découvrir de nombreux domaines. "Quand je suis arrivée au conservatoire pour choisir un instrument, j’avais pensé au piano, un peu comme tout le monde. J’avais déjà entendu et aimé le son de la mandoline. J'hésitais un peu entre les deux, mais ma mère m’a dit : prends ça, ça prend moins de place !"

Marine a pris son premier cours, et n’a plus jamais changé d’instrument. "Ma professeur, Sabine Marzé, m’avait donné un petit exercice à faire. Il n’y en avait que pour quelques minutes, mais je n’ai pas pu m’arrêter, j’y ai passé toute la semaine. J’avais accroché." 

Le coup de cœur est réel et Marine persévère. Sans effort. Avec plaisir. Une fois au lycée, elle décroche un bac scientifique. Au conservatoire de Monaco, elle obtient son DEM (diplôme d'études musicales) puis se lance dans des études de musicologie, recherches et pédagogie à l’Université de Nice. Elle y termine actuellement son Master.

Depuis le mois de septembre, une fois par semaine, elle quitte ses habits d’étudiante pour ceux de professeur en Alsace et à Belfort. "Il y a de plus en plus de pratiquants, de classes qui s’ouvrent". Marine est ravie. "Avec la mandoline, on a l’image de la tarentelle, du joueur de mandoline italien sous un balcon, mais ce n’est pas du tout en lien avec la réalité. C’est un instrument italien certes, de l’époque baroque, mais aujourd’hui, ce n’est pas notre répertoire. Des musiciens comme Julien Martinot à Toulouse, ou Vincent Beer-Demander à Marseille, font évoluer les choses."

 

Profession : mandoliniste ?

Marine a conscience de susciter la curiosité, et peut-être aussi un peu de réticence, quand elle évoque son métier et son instrument. "J’ai rencontré des gens qui se disaient : ah oui, elle doit jouer de la mandoline vite fait, comme un gars qui ferait de la guitare sur la plage. Mais une fois qu’ils ont entendu l’instrument, ils sont étonnés et souvent très contents. Les personnes qui découvrent le son de la mandoline sont souvent étonnées des capacités de tout ce qu’on peut faire, ils trouvent ça rafraîchissant".

La mandoline est un instrument à cordes pincées, comme la guitare, et contrairement au violon, qui est un instrument à cordes frottées. "Et c’est ce qui m’intéresse dans cet instrument. On a un timbre très particulier, très reconnaissable, qui fait son charme." Il offre une couleur avec une grande variété de teintes. "Mais c’est aussi un instrument difficile car avec les cordes pincées on essaie de « tenir le son », de le faire durer."

Le diplôme décroché en Allemagne permet à la jeune musicienne de communiquer sur sa discipline. "Il faut dépoussiérer l’image de la mandoline. J’aimerais que dans 10 ans, quand un de mes élèves dit qu’il fait de la mandoline, personne ne soit surpris. Que ce soit courant." Et pour ça, Marine met chaque jour sa pierre à l’édifice.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.