Alsace : pluie d'étoiles filantes, les meilleures façons de l'observer

Publié le
Écrit par Vincent Lemiesle .

Chaque année, la pluie estivale d’étoiles filantes, les Perséides, connait un pic entre le 12 et le 13 août. Pour ne rien rater de ce phénomène astronomique, on vous donne quelques conseils pour l'observer dans les meilleures conditions, en Alsace.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

C'est l'un des évènements astronomiques le plus populaire de l'année, les Perséides. Du 20 juillet au 25 août, dans l'hémisphère nord, le ciel nocturne se donne en spectacle en une pluie d'étoiles filantes. Le clou du spectacle a lieu dans la nuit du vendredi 12 au samedi 13 août. Cette nuit-là on peut observer, potentiellement, plusieurs centaines d'étoiles filantes par heure, avec un maximum entre 2 et 3 heures du matin.

Durant cette période estivale, la Terre traverse la trajectoire de la comète Swift et Tuttle, trajectoire dans laquelle circulent une multitude de petits débris que le Soleil lui a arrachés. "Ce sont des particules de la taille moyenne d'un grain de riz", précise Jacques Mertzeisen, astronome amateur de l'association SAHR (Société astronomique du Haut-Rhin). Pas de risque de collision avec de gros débris, a priori. 

En Europe, les premiers écrits mentionnant les Perséides remontent au haut Moyen-Age. Il faut attendre quelques siècles plus tard pour que le lien soit établi entre cette pluie de météores et la comète Swift et Tuttle. C'est l'astronome italien Giovanni Schiaparelli qui fait le lien, dans les années 1860, en étudiant l'orbite de la comète. "Une orbite très allongée autour du soleil, d'une périodicité de 130 ans", relève Jacques Mertzeisen. Le dernier passage observable de la comète, à proximité de notre planète, remonte à 1992.

A l'écart des pollutions lumineuses

La trainée de poussière laissée par la comète sur son orbite subit l'attraction de la Terre. Lorsque ces particules traversent l'atmosphère terrestre elles se consument en formant cette pluie d'étoiles filantes. Les noctambules les observent sans difficulté. "Il suffit de rester dans l'obscurité un certain temps, le temps que les yeux soient plus réceptifs et de se mettre à l'écart des lumières dans un endroit bien dégagé", rappelle Jacques Mertzeisen.

Des règles simples pour ceux qui habitent à la campagne, loin des lumières de la ville. Pour les autres, plusieurs solutions :

L'observatoire astronomique d'Osenbach. Ici, les astronomes amateurs de l'association, dont Jacques Mertzeisen, accueillent le public tous les vendredis soirs en juillet, août et jusque début septembre. "L'observatoire est situé sur les pentes du massif vosgien, pas trop loin des villes pour rester facilement accessible mais suffisamment isolé pour ne pas être gêné par les lumières artificielles". Le site dispose d'un pré aux étoiles de 700 m² comprenant deux observatoires. Les gens peuvent y venir observer le ciel en commun sous les conseils avertis des astronomes.

 "On leur apprend, notamment, que les Perséides tirent leur nom de la constellation de Persée de laquelle les étoiles filantes semblent venir. C'est dans cette direction qu'il faut regarder en priorité", souligne l'astronome.

Le Champ du Feu. Point culminant du Bas-Rhin, à moins d'une heure de Strasbourg, le site est devenu un haut lieu de l'astronomie en Alsace. Des centaines d'astronomes amateurs s'y donnent rendez-vous avec leurs télescopes ou lunettes de tous types. L'activité, ouverte au public, est organisée par un collectif qui fait en sorte de préserver le site de toute pollution lumineuse. 

Place de la République, Strasbourg. La ville de Strasbourg organise sous le ciel nocturne de la place de la République un "Evénement mystère, plus près des étoiles". Il suffit d'ouvrir grand les yeux et de se "laisser bercer par la poésie de la nuit et des étoiles". Des créneaux de 30 minutes peuvent accueillir, sur inscription, 5 personnes à la fois, le vendredi 12 août, de 22 heures 30 à 3 heures du matin.

 

Tous les ingrédients sont réunis pour que le spectacle soit une fois de plus au rendez-vous. Seule ombre au tableau : "Le 12 août correspond aussi à une nuit de pleine lune", rappelle Jacques Mertzeisen. Ce qui risque de gêner quelque peu l'observation des étoiles filantes. Il restera toutefois une dizaine de jours pour contempler le ciel étoilé dans toute sa splendeur.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité