Comment des anciens chevaux de course trouvent une seconde vie dans une écurie aux petits soins

Publié le Mis à jour le

Nathalie Dietrich a fondé en 2019 à Hengwiller l'écurie du Winkelbach, la seule écurie de reconversion des chevaux de course du Grand Est. Elle recueille des pur-sang écartés du monde des courses.

Blessés, en fin de carrière, ou simplement jugés contre-performants : un grand nombre de pur-sang se retrouvent hors du circuit des courses hippiques. Nathalie Dietrich a décidé de leur offrir un second souffle à Hengwiller (Bas-Rhin). Une autre vie, bien méritée, loin des pistes d'entraînement. Leur histoire et la sienne ne font aujourd'hui plus qu'une. 

Après avoir été pompier volontaire et salariée du SDIS 67 à Haguenau pendant dix ans, elle fait deux AVC coup sur coup en 2014. Elle passe 15 jours en soins intensifs. Lorsqu'elle en sort, elle est déclarée inapte à toute activité professionnelle. "Ça a été terrible pour quelqu'un qui aime la vie comme moi, se rappelle la fondatrice de l'écurie du Winkelbach. Je ne l'ai pas admis, pas supporté. Je n'ai pas forcément écouté l'avis de médecins... "

En 2019, elle rachète avec le soutien de son époux une vieille bergerie à Hengwiller. Elle a toujours aimé les chevaux. Ce sont eux qui doucement la ramènent à la vie. "Il y a entre nous un langage silencieux. Je ne peux pas l'expliquer. Ils m'ont sauvée. Et j'ai décidé de leur redonner ce qu'ils m'avaient offert: une seconde vie."

Une bergerie transformée en écurie

Elle transforme sa bergerie en lieu d'accueil pour les pur-sang réformés. Très vite, elle décroche le label "Au delà des pistes". La seule à l'avoir obtenu dans le Grand Est. "Lorsque j'ai rencontré Nathalie, j'ai tout de suite compris qui elle était, ce qu'elle voulait, explique Lucien Matzinger, président de la société des courses de Strasbourg, Je lui ai donc présenté des propriétaires, des gens du milieu. Et ça a collé. Elle était très décidée. Elle voulait s'occuper des chevaux qui quittent le monde des courses. Des chevaux souvent oubliés. Aujourd'hui, tout le monde la connaît."

Depuis 2019, des dizaines de pur-sang sont venus faire un séjour dans son écurie. Ils ont dû tout réapprendre: la douceur, la confiance, loin de la compétition, de la performance et des blessures. Et ça n'est pas toujours facile. "C'est un long chemin, explique Nathalie Dietrich. Lorsque je les recueille, ils ne veulent plus être montés. Petit à petit, on fait un chemin ensemble. Moi aussi, après mes deux AVC, j'ai dû tout réapprendre."

C'est un long chemin, lorsque je les recueille.

Nathalie Dietrich

Première étape: la désensibilisation. Il s'agit d'apprendre à l'animal à évoluer dans un autre milieu. "On attend qu'ils nous accordent leur confiance. Ils ont chacun leur rythme. Ensuite, on fait des sorties, on les fait marcher sur des bouteilles en plastique pour qu'ils n'aient plus peur d'un sol qui ne ressemble pas à celui des pistes. Que cela ne soit pas un obstacle pour eux."

Et surtout, ils sont libres. De courir dans les prés. De chahuter. Sans pression. Ils sont soignés. Ensuite, ils sont rachetés par des passionnés, qui poursuivent le chemin initié par Nathalie Dietrich. D'ailleurs, elle ne coupe jamais les ponts avec ses anciens pensionnaires. "Je continue d'aller les voir. Je ne peux pas m'en empêcher. Vous savez, bien sûr que les ai aidés. Mais moi je leur dois tout. Avec cette écurie, j'ai retrouvé une colonne vertébrale. L'envie de vivre, de me battre. C'est quelque chose qui n'a pas de prix. "

C'est ce qui sera expliqué au public de l'hippodrome de Hoerdt ce dimanche 12 juin à l'occasion de la journée de la reconversion du cheval de course. L'association " Au delà des pistes" y est évidemment associé. Nathalie Dietrich présentera une dizaine des chevaux de son écurie. Parmi eux: l'Alexander, Joan Jet, Milk Run et d'autres réformés des courses : Diamond Falcon, Jamaïcain Shuffle et Kali Mon Colonel. Depuis le début de l'aventure, la fondatrice de l'écurie du Winkelbach a remis en selle, à sa façon, près de 200 pur-sang, âgés de 2 à 11 ans.