Covid-19 : les lieux où il faut encore porter (ou pas) le masque en Alsace

Publié le
Écrit par Vincent Lemiesle
L'obligation du port du masque s'est assouplie depuis le 1er octobre.
L'obligation du port du masque s'est assouplie depuis le 1er octobre. © Darek Szuster/Maxppp

Au gré de la situation sanitaire et des décrets, des assouplissements sur les règles sanitaires ont permis de faire tomber le masque dans certains cas, depuis le début du mois d'octobre. On fait le point où il reste obligatoire et où vous pouvez le retirer dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin.

Savoir s'il faut porter ou pas le masque peut devenir parfois un peu compliqué en fonction des situations. Pour s'y retrouver, il faut savoir que les règles peuvent diverger d'un département à l'autre, Bas-Rhin et Haut-Rhin, en fonction de l'appréciation de la situation sanitaire par les préfectures.

Première règle: le masque est obligatoire partout en France dans les transports en commun, dans les commerces et en entreprise. Le gouvernement a imposé le port du masque sanitaire en entreprise depuis le 1er septembre 2020. Cette obligation reste d'actualité même si le protocole du 10 septembre 2021 autorise des adaptations par les entreprises pour répondre aux spécificités de certaines activités. 

Deuxième règle: collégiens et lycéens sont soumis au port du masque. Pour les élèves du primaire, le masque n'est plus obligatoire depuis le 11 octobre dans le Bas-Rhin et le 18 octobre pour le Haut-Rhin. Dans les deux départements, les taux d'incidence ont passé au moins cinq jours consécutifs sous le seuil d'alerte, de 50 cas pour 100.000 habitants.

Bas-Rhin

Le masque n’est plus obligatoire depuis le 1er octobre, y compris pour les salariés, dans établissements recevant du public soumis au pass-sanitaire: restaurants, bars, cinémas, théâtres ou encore salles de sport. La préfecture n'a pas prolongé son décret sur le port du masque qui a pris fin le 30 septembre.

Dans les restaurants, l'obligation du masque, tant pour les salariés que pour la clientèle, dépend des règlements intérieurs des différents établissements. Il est possible pour un serveur de travailler à visage découvert et pour un client de tomber le masque même au cours de ses déplacements en salle. Plusieurs établissements ont cependant préférer rester prudent en demandant à leurs clients de garder le masque. Pour cela il faut se référer aux affiches ou pancartes à l'entrée des établissements.

A l'extérieur, l'arrêté préfectoral du 15 octobre a actualisé le port du masque pour les piétons de 11 ans et plus. Il est obligatoire dans les lieux suivants, jusqu'au 15 novembre : marchés ouverts, brocantes, rassemblements (dont festivals, manifestations, fêtes foraines, etc.), files ou zones d'attente diverses. Dans toutes les communes du département, le port du masque n'est obligatoire qu'en cas d'affluence uniquement, dans les zones piétonnes de centres-villes, aux abords des gares, écoles, lieux de culte et centres commerciaux.

Haut-Rhin

Dans ce département, où le taux d'incidence est resté jusque récemment au-dessus du seuil d'alerte, trois arrêtés préfectoraux relatifs au port du masque restent en vigueur:

- Le masque reste obligatoire dans l'ensemble des établissements recevant du public, même sous présentation d'un pass-sanitaire valide.

 -Comme pour le Bas-Rhin, un arrêté impose le port du masque aux abords des lieux à forte fréquentation: gare, commerces, marchés ouverts, etc.

- A Mulhouse, le masque est de rigueur dans les rues du centre-ville de 9 heures à 20 heures jusqu'au 30 octobre. Après quoi la préfecture décidera de prolonger cette obligation ou pas en fonction de la situation épidémique.

 

Ces règles, mises en place par la loi du 31 mai 2021 (régime de sortie de l'état d'urgence sanitaire) vont s'appliquer au moins jusqu'au 15 novembre. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.