Lancement de la 6e édition des Sacrées Journées de Strasbourg

© Astrid Servent
© Astrid Servent

C'est parti pour la 6e édition des Sacrées Journées. Le principe de ce festival de musique des religions du monde est simple: faire jouer et chanter des ensembles d'obédiences différentes dans des lieux de cultes ou des salles non confessionnelles.

Par Astrid Servent

La 6e édition des Sacrées Journées s'est ouverte ce jeudi soir à la cathédrale de Strasbourg. Initié par Jean-Louis Hoffet, ce festival est unique en son genre: il permet à des ensembles d'obédiences différentes (chrétiens, bouddhistes, juifs, musulmans, hindouistes) de se produire dans des lieux de cultes de la région mais aussi dans des lieux non confessionnels. A chaque soirée, trois groupes se succèdent, chacun disposant d'une demi-heure.

 

Soirée d'ouverture à la cathédrale de Strasbourg


Pour ouvrir cette série de 10 concerts-rencontres: Dorsaf Hamdani. Figure emblématique du chant religieux musulman, elle est aussi l'une des rares voix féminines. Elle maîtrise parfaitement les différentes registres du chant arabe, de l'art vocal andalou et l'héritage de la grande Diva de l'Orient. Une voix chaude qui vous emporte vers la Tunisie, son pays d'origine. C'est d'ailleurs le Consulat de Tunisie, installé depuis cinquante ans à Strasbourg, qui a pu la faire venir.

 


Après la richesse de la littérature musulmane, place à la Torah chantée. Nikola David, le cantor, le chantre de la Congrégation juive beth Shalom de Munich est accompagné de 4 autres chanteurs professionnels allemands. Il maîtrise parfaitement la cantillation; c'est ainsi que l'on désigne la prononciation précise et modulée de chaque voyelle des mots d'un verset de la Torah.

Enfin, le concert d'ouverture s'est achevée sur les chants orthodoxes de l'ensemble géorgien Basiani. Il fait partie du choeur de la cathédrale de Tbilissi. Leurs polyphonies sont issues à la fois des chants byzantins et des airs populaires géorgiens.
 

Répétition de l'ensemble Basiani à la Cathédrale de Strasbourg

 


Promenade musicale plutôt que le shopping du samedi après-midi

En plus des soirées de concerts classiques, les Sacrées Journées s'ouvrent aussi à un public plus familial et vagabond. Ce samedi, le festival propose une promenade musicale entre 13h et 16h. Vous n'aurez pas beaucoup à marcher puisque l'itinéraire vous emmène du temple Neuf au gymnase Sturm...quelques dizaine de mètres tout au plus. Vous pourrez écouter 5 ensembles: l'Ensemble Egschiglen de Mongolie, les Moines de Rabten Choeling venus du Tibet, Saoudara, venus d'Alsace comme son nom ne l'indique pas (!), Saïd El Meknassi et enfin une chorale sénégalaise de Dakar.
Moyennant un badge de 5 euros, vous pourrez passer d'une salle à l'autre et rester autant de temps que vous souhaitez.
 

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus