• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Rejet de la requête contestant l'élection de Michel Deneken à la tête de l'Université de Strasbourg

Rejet de la requête de contestation de l'élection de Michel Deneken / © collage : A. Rapp et MaxPPP
Rejet de la requête de contestation de l'élection de Michel Deneken / © collage : A. Rapp et MaxPPP

Le syndicat national de l'enseignement supérieur (SNE Sup) contestait l'élection du prêtre Michel Deneken à la présidence de l'université de Strasbourg. Le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté le recours du syndicat jeudi 14 décembre 2017.

Par Florence Grandon

Pour le SNE Sup, il y avait entorse au principe de laïcité et à l'obligation de neutralité. L'élection d'un prêtre à la présidence de l'université de Strasbourg posait problème. Le tribunal administratif a jugé que non. Il suit en cela la rapporteure publique.

Pascal Maillard, secrétaire national du SNE Sup, dénonce le mélange des genres : en tant que président d'université, Michel Deneken est garant de la laïcité à l'université de Strasbourg. Tout en continuant à célébrer des messes par ailleurs, en tant que prêtre. Michel Deneken parle lui de "souplesse" à endosser ses deux fonctions, ses deux missions.

A l'annonce de la décision, Michel Deneken s'est dit satisfait que le tribunal administratif ait statuté sur le fond, à savoir la légalité de son élection à la tête de l'université du fait de son statut de professeur de théologie. "Il y a clairement une opposition qui vient de mon élection", a-t-il ajouté. Il ressent "parfois de la lassitude mais [il a] la certitude qu'un citoyen ne peut pas être inquiété sur ce qu'il est, alors que le droit lui donne de l'être".

Le syndicat enseignant entendait protester contre Michel Deneken "qui persiste à mêler étroitement ses fonctions de président d’université aux missions pastorales". Dans un communiqué daté du 9 décembre 2017, cinq organisations syndicales (SNESUP-FSU, SNCS-FSU, le SNPREES-FO, SupAutonome FO et Sud Education Alsace) demandaient à la rectrice de l’académie et au ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche « de prendre toutes les mesures utiles au strict respect et à l’application rigoureuse [des] principes fondamentaux » de neutralité et de laïcité. 

Voici le texte des cinq syndicats :


En cause une messe célébrée samedi 9 décembre à la chapelle de Notre-Dame de Sion, à laquelle le président de l'université et prêtre catholique devait participer. Il n'a finalement pas célébré cette messe, "à cause d'un climat très désagréable sur cette question, et pour ne pas porter préjudice aux organisateurs" explique-t-il. Les organisations syndicales voudraient que la rectrice prenne position sur ce sujet, et notamment concernant les futures célébrations du prêtre catholique. Michel Deneken voudrait quant à lui être soutenu par la rectrice.

L'affiche annonçant la messe du 9 décembre sur le site du FSU Sup :

Messe célébrée par Michel Deneken le 9 décembre 2017 / © FSU Sup Alsace
Messe célébrée par Michel Deneken le 9 décembre 2017 / © FSU Sup Alsace





A lire aussi

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus