Voici combien va coûter le passage de la flamme olympique en Alsace, "c'est élevé, mais c'est une fois dans l'Histoire"

Un mois avant le début des JO de Paris 2024, l'Alsace accueille le Relais de la flamme olympique le mercredi 26 juin. La Collectivité a déboursé 180 000 euros pour l'événement, auxquels s'ajoutent les frais de sécurisation et de privatisation des voies, et les éventuelles manifestations organisées en parallèle par les communes.

Quand Frédéric Bierry a découvert le montant demandé pour le passage de la flamme olympique en Alsace, il a été surpris. "J'ai trouvé, quand j'ai vu le prix, que c'était élevé", avoue le président de la Collectivité européenne d'Alsace (CEA). Pour que son territoire soit traversé par le Relais de la flamme, chaque département doit débourser 180 000€, à verser au Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (Cojop).

La CEA a ensuite décidé à une large majorité d'approuver cette dépense, c'était à la fin de l'année 2022. Même les élus d'opposition y étaient favorables. "L'accueil de la flamme olympique ne s'est pas fait au détriment d'autres politiques publiques," résume Florian Kobryn, conseiller d'Alsace (EELV).

"C'est une somme importante, mais c'est une fois dans l'Histoire sur 100 ans, justifie Frédéric Bierry. C'est un événement qui a, comme le Tour de France par exemple, des retombées médiatiques mondiales. Le fait que l'Alsace, région à forte identité touristique, puisse être de la partie, ça a du sens." Pour le président de la CEA, c'est l'idée de capitaliser sur le futur. "On veut montrer le dynamisme de l'Alsace comme lorsqu'on a posé un maillot jaune géant sur le Haut-Koenigsbourg en 2019. L'année suivante, on a enregistré un afflux de visiteurs."

Pour avoir payé cette somme rondelette de 180 000€, la CEA obtient le droit de choisir six porteurs de la flamme. Elle conservera un exemplaire de la torche. Le département "doit mobiliser les moyens matériels et humains indispensables pour assurer la sécurité du relais", comme l'indique la convention signée par la CEA. "D'après les retours que nous avons eus d'autres départements, il y a une place absolument prépondérante qui est donnée aux multinationales [partenaires de l'événement, ndlr], affirme Florian Kobryn. Si c'est pour faire la promotion de multinationales, des comptes seront à rendre face à l'utilisation de cet argent public."

Les villes traversées par le relais mettent aussi la main à la poche. Elles sont sept en Alsace : Mulhouse, Huningue, Colmar, Marckolsheim, Saverne, Lembach et Strasbourg. À Mulhouse, la facture globale s'élève à "30 000€, essentiellement liés aux aspects festifs choisis : des manifestations au Stade de l'Ill, place de la Réunion et Parc Steinbach", précise le 1er adjoint à la Ville, Alain Couchot. La commune met également à disposition 400 bénévoles, positionnés tout au long du parcours, et organise le barriérage autour de l'événement.

À Strasbourg, ville-étape de la flamme, les frais s'élèvent à 200 000€, pour la communication, les animations, les contraintes techniques et les mesures de sécurité.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité