• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Les Alsaciens du monde se rassemblent à Colmar : portrait d'une Strasbourgeoise et d'un Mulhousien de New York

La "skyline" de Manhattan, photographiée par une Alsacienne expatriée. / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud
La "skyline" de Manhattan, photographiée par une Alsacienne expatriée. / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud

L'Union internationale des Alsaciens tient sa 38e réunion annuelle ces vendredi 23 et samedi 24 août à Colmar. L'occasion pour nous de raconter la vie d'une Strasbourgeoise et d'un Mulhousien qui ont émigré à New York, ville la plus peuplée des États-Unis.

Par Vincent Ballester

Vous savez probablement que la statue de la Liberté, trônant fièrement à New York, est alsacienne. C'est l'une des nombreuses preuves du rayonnement international de l'Alsace. D'ailleurs, l'Union Alsacienne of New York existe depuis 1871, et a des liens étroits avec l'Union internationale des alsaciens. Celle-ci organise sa réunion annuelle, la 38e depuis 1981, au château Kiener de Colmar les vendredi 23 et samedi 24 août 2019. 
 

Gwénaëlle et Jules sont deux de ces Alsaciennes et Alsaciens qui ont rallié la patrie de l'Oncle Sam. Sans jamais renier leur attachement au pays des cigognes.
 

Gwénaëlle, la Strasbourgeoise

Gwénaëlle est née et a grandi à Strasbourg. Elle y a fait ses études, et officiait dans une association en lien avec le conseil régional en tant que chargée de promotion touristique. Elle vit avec son mari (un Strasbourgeois lui aussi) et leurs enfants à New York depuis 2014. Depuis, elle effectue le même travail en freelance auprès d'entreprises françaises basées à New York. Vous pouvez retrouver son rooftop potager et ses appuis de fenêtres garnis de géraniums bien alsaciens sur son compte Instagram
 
Gwénaëlle devant un mur à Brooklyn, l'un des cinq boroughs de New York. / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud
Gwénaëlle devant un mur à Brooklyn, l'un des cinq boroughs de New York. / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud

"Les opportunités professionnelles m'ont fait quitter l'Alsace depuis de nombreuses années. Mais elle est pour moi la terre où je reviens, où j'ai du plaisir à rentrer. Un lien très fort me lie à ma région, je n'ai jamais eu le sentiment de la quitter. Nous sommes tous très attachés à nos origines, à notre culture et sommes heureux de pouvoir transmettre cet attachement à nos enfants. Malgré la distance, nous perpétuons les traditions alsaciennes tout au long de l'année, notamment la Saint-Nicolas, une fête incontournable pour notre famille."

"Tout n'a pas été simple au début, louer un appartement, toutes les démarches administratives, c'était très compliqué. Notre premier ami à New York est un ami de la famille de longue date, un Strasbourgeois qui vit ici depuis de nombreuses années. C'est lors d'une fête qu'il a organisé à la Cigogne, un restaurant alsacien à Brooklyn, que nous avons rencontré nos premiers amis. Un moment clef pour notre intégration qui s'est passé en buvant une Meteor en plein New York !"
 
À gauche, la vue de New York depuis le balcon de Gwénaëlle. À droite, son quartier dans Brooklyn. / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud
À gauche, la vue de New York depuis le balcon de Gwénaëlle. À droite, son quartier dans Brooklyn. / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud

"La bonne cuisine alsacienne nous manque beaucoup. Heureusement, il y a un restaurant alsacien à Brooklyn où nous allons de temps en temps manger des tartes flambées. Mais dès que je suis de retour à Strasbourg, je fais le tour des winstubs pour y déguster tous les plats traditionnels alsaciens. Je me régale. Sans oublier, un déjeuner avec les copines au Snack Michel pour son haché crème spätzle ! Ma mère m'a offert un plat à Baekehof pour que je le rapporte, et on ne rentre jamais à New York sans quelques mauricettes dans la valise."

"J'aime rester connectée à l'actualité de Strasbourg. Nos familles y vivent donc c'est un moyen de partager leur quotidien et leurs préoccupations. Sans oublier les résultats du Racing !"
 

Jules, le Mulhousien

Jules est originaire de Mulhouse : il y a vécu jusqu'à sa majorité. Après sa prépa mathématiques à Strasbourg et ses trois ans d'école d'ingénieur à Lyon, son stage de fin d'études l'a amené dans une entreprise de construction à New York. Ce stage s'est si bien passé qu'il a demandé à son patron s'il pouvait revenir : celui-ci s'est occupé des procédures de visa. 
 
Jules posant devant la forêt de gratte-ciels de Manhattan. On distingue le célèbre Empire State Building. / © Document remis, Jules Hoernlé
Jules posant devant la forêt de gratte-ciels de Manhattan. On distingue le célèbre Empire State Building. / © Document remis, Jules Hoernlé

"Je ne peux pas dire que j’ai quitté l’Alsace car je pense y revenir et c’est là que je me sens chez moi. J’ai simplement eu envie de découvrir autre chose pour grandir, être plus ouvert sur le monde. Je veux me rendre compte par moi-même des différences qu’il y a dans monde avant de rester au même endroit pour longtemps. Et puis professionnellement j’ai énormément appris dans le domaine du génie structurel. J’ai travaillé sur la démolition du quartier général de JP Morgan au 270 Park Avenue, mais aussi celle d’une prison juvénile dans le Bronx, au 1221 Spofford Avenue, où Mike Tyson a été incarcéré pour la première fois."

"Ma mère m’a accompagné a l’aéroport. J’étais très excité à l’idée d’aller découvrir New York et de travailler sur des gratte-ciels. Ma mère en revanche avait les larmes aux yeux mais était contente pour moi ! En arrivant, j’ai été très bien accueilli par l’entreprise américaine, familiale avec une cinquantaine de personnes. Ben, le fils du patron, a un ou deux ans de plus que moi. Je suis rapidement devenu ami avec lui, il m’invitait chez lui et aux fêtes de ses amis en ville. J’allais avec lui dans les Hamptons le week-end pour profiter de la plage et bricoler sur une Porsche des années 70."
 
Jules aime voyager : le voici devant le Grand Canyon (Arizona) et Zion Park (Utah). / © Document remis, Jules Hoernlé
Jules aime voyager : le voici devant le Grand Canyon (Arizona) et Zion Park (Utah). / © Document remis, Jules Hoernlé

"La gastronomie alsacienne me manque ! On trouve des “pretzels” et de la “sauerkraut” qu’ils mettent dans leurs hot-dogs, mais cela n’a bien sûr rien à voir avec la nôtre. Dans les rayons, on nous propose du ''munster cheese'' mais c’est un fromage industriel en tranches..."

"Il y a six mois, j’ai rencontré un Mulhousien via un autre ami français. On ne se connaissait pas à Mulhouse mais il connaissait mon frère ! Le monde est petit..."
 
Un "sunset" sur New York... / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud
Un "sunset" sur New York... / © Document remis, Gwénaëlle Chambaud

"Et tout se passe si vite... Je pars ce soir pour quatre jours au parc de Yellowstone à quatre-cinq heures d'avion d'ici, mais je n'ai rien d'autre que mon billet d'avion et ma location de voiture. Je déciderai de mes visites au jour le jour, faute de temps pour préparer le voyage. Il faut être rapide pour vivre à New York City !"
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus