• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Affaire Anaïs Guillaume: la condamnation de Philippe Gillet à 22 ans de prison pour meurtre est illégale

Philippe Gillet, dans le box des accusés. / © Thierry Doudoux - France 3 Champagne-Ardenne
Philippe Gillet, dans le box des accusés. / © Thierry Doudoux - France 3 Champagne-Ardenne

Philippe Gillet, jugé pour la disparition d'Anaïs Guillaume en 2013 et la mort de sa femme Céline en 2012, a été condamné à 22 ans de prison pour le meurtre d'Anaïs Guillaume. Le parquet va faire appel ce vendredi 5 avril, car la peine est illégale.

Par Florence Morel

Tension, soulagement et amertume. L'ambiance était lourde en émotions ce mercredi 3 avril à la cour d'assises des Ardennes lors des dernières heures du procès de Philippe Gillet, condamné à 22 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Anaïs Guillaume. Selon l'article 362 du Code pénal, cette décision est illégale. Une personne reconnue coupable de meurtre (et non d'assassinat) peut être condamnée à 30 ans de réclusion criminelle ou 20 ans et moins (mais pas entre 20 et 30 ans).

Philippe Gillet ne sera pas libéré pour autant. Cependant, il peut toujours formuler une demande de remise en liberté qui sera examinée par la chambre de l'instruction.

Une annonce qui va bouleverser la famille Guillaume, qui avait manifesté son soulagement moins de 24 heures avant ce rebondissement. 
 

Une ambiance lourde lors du verdict

Quelques secondes avant l'annonce du verdict, un silence lourd pèse dans la salle. Une fois le verdict prononcé, la tension laisse place au soulagement. Les membres de la famille d'Anaïs Guillaume se sont serrés dans les bras, en larmes, après six heures d'attente. Une manière d'exulter ce trop plein d'émotion, et de pression aussi, après huit jours d'un procès intense.

"C'est un soulagement, un hommage qu'on rend à Anaïs. On aurait préféré qu'il réponde à la question d'où il a déposé le corps... mais bon, on sait qu'il restera en prison et que ça évitera à d'autres jeunes filles de connaître le même sort.
- Fabrice Guillaume, père d'Anaïs

Pour son frère Clément, le verdict est un soulagement : "Cela fait six ans qu'on essaie de rendre justice à ma soeur, et maintenant, ça a abouti."

Après huit jours de procès, la famille d'Anaïs Guillaume a manifesté son soulagement tard dans la nuit du 3 avril.

"Le meurtrier d'Anaïs a un nom"

Philippe Gillet a été condamné à 22 ans de réclusion criminelle, pour le meurtre -et non l'assassinat- d'Anaïs Guillaume. Les jurés de la Cour d'assises n'ont donc pas retenu la préméditation. Mais pour l'avocat de la famille Guillaume, Damien Delavenne, l'essentiel est ailleurs. "Le meurtrier d'Anaïs a un nom et une peine lourde a été prononcée", a-t-il affirmé, même si le corps d'Anaïs n'a toujours pas été retrouvé. 



Pour les filles de Philippe Gillet, le verdict est à la fois une source de satisfaction et d'amertume. Même si Philippe Gillet a été acquitté pour les faits de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur sa femme Céline, leur père passera les prochaines années de sa vie en prison.

Pour l'avocat de l'accusé, les deux verdicts prononcés ne coïncident pas. D'un côté, la condamnation pour meurtre et de l'autre, l'acquittement dans l'affaire de la mort de sa femme, envoient des messages contradictoires:

"C'est un grand sentiment de déception et d'incompréhension. On a une décision mitigée, parce que finalement on nous dit qu'une grande partie du dossier ne résiste pas à l'examen, on répond non à la préméditation alors que ces sacs de chaux nous étaient présentés comme un élément prégnant de la culpabilité... Et on condamne de l'autre côté, en disant qu'il est l'auteur du meurtre."
- Guillaume Combes, avocat de Philippe Gillet


Une condamnation et un acquittement dans ce procès aux deux affaires.

Philippe Gillet dispose de dix jours pour faire appel du verdict. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus