Cabaret Vert 2019 : quelle est votre pire excuse pour n’avoir rien fait pour sauver la planète ?

Orelsan, Angèle, IAM ou encore Fishbach ont accepté de se prêter au jeu de la pire excuse au Cabaret Vert. Le principe est simple : ils ont tous posé avec la phrase qu’ils n’aimeraient pas avoir à avouer à leurs enfants, une fois que les ressources naturelles seront épuisées.

De gauche à droite : Boris Ravignon, maire de Charleville, Pauline Lesterquy, bénévole à "Notre affaire à tous" et Jean Perrissin, responsable du développement durable au Cabaret Vert, ont trouvé leur pire excuse
De gauche à droite : Boris Ravignon, maire de Charleville, Pauline Lesterquy, bénévole à "Notre affaire à tous" et Jean Perrissin, responsable du développement durable au Cabaret Vert, ont trouvé leur pire excuse © Josef Helie / Sorry Children
Quelle est votre pire excuse pour n’avoir pas pris au sérieux le dérèglement climatique ? Alors que les photos de la forêt amazonienne en flammes envahissent les réseaux sociaux, il sera très difficile de dire à nos descendants qu’on ne savait pas. Qu’on n’était pas au courant des conséquences de notre niveau de vie sur l’environnement. Qu’on avait la flemme de trier nos déchets ou de marcher 1 km à pied.
 
#Lapireexcuse de la chanteuse ardennaise Fishbach est : "Je dormais et le rêve était trop beau."
#Lapireexcuse de la chanteuse ardennaise Fishbach est : "Je dormais et le rêve était trop beau." © Josef Helie / Sorry Children

Nous voyons tous les ressources naturelles s’amenuiser, les incendies ravager les forêts partout sur la planète, des chutes de neige au mois de mai en Corse… pourtant, nos actions sont loin de suivre le rythme. C’est sur ce paradoxe qu’a voulu jouer Grégory Poinsenet, créateur de l’association Sorry Children présente sur le site du Cabaret Vert (forum l'Idéal). Sur son site internet, il a créé un générateur de plus de 250 excuses selon le degré d’implication de chacun. "J'avais trop froid pour manifester", "j'ai lu sur Internet que c'était pas vrai", "je pensais que le plastique était biodégradable"... Ça, c’est pour la partie drôle et génératrice de clics, notamment avec la campagne #lapireexcuse sur les réseaux sociaux. L’autre partie, c’est "agir plutôt que s’excuser".
 
Voir cette publication sur Instagram

Keep walking #cleanwalking Retrouvez la meilleure action de @cleanwalker_carbo7 sur sorrychildren.com/lapireexcuse, lien en bio ! Campagne photographiée par @josefhelie

Une publication partagée par Sorry Children (@sorry_children) le


Pour Amandine et Candy, deux festivalières de 26 ans, ce sera : "J'ai essayé mais personne ne m'a aidée" et "J'ai essayé mais j'ai pas voulu tout changer." Que ce soit à l'espace L'idéal ou avec les artistes, le Cabaret Vert est ainsi l'occasion rêvée pour Grégory Poinsenet et son équipe de rallier du beau monde à sa cause. Orelsan, Angèle, Roméo Elvis, Fishbach ou encore IAM -pas une surprise quand on voit leur interview !- se sont prêtés au jeu. Même si la plupart n'ont pas encore révélé leur phrase (les photos sont prises par Josef Helie, streetphotographe puis la phrase est ajoutée), Shurik'n a pris quelques minutes pour révéler la sienne : "Je n'avais pas le temps."

Des artistes comme Orelsan ou Angèle, avec leurs millions d'abonnés sur les réseaux sociaux, nous permettent de toucher un public qu'on n'arrive pas à toucher d'habitude. Pour le moment, l'essentiel des people qui ont participé sont des personnalités du milieu écolo, comme Claire Nouvian, Cyril Dion, ou Pablo Servigne.
- Grégory Poinsenet, président de l'association Sorry Children. 

 
Voir cette publication sur Instagram

Avec #nousvoulonsdescoquelicots, rdv le 18 mai pour marcher contre #bayermonsanto

Une publication partagée par Sorry Children (@sorry_children) le


Retrouvez l'interview décalée de l'Ardennaise Fishbach :
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival cabaret vert culture musique environnement société