Coronavirus : l'édition 2020 du Cabaret Vert annulée

La décision était en suspend depuis plusieurs jours, le préfet des Ardennes a tranché : l’édition 2020 du Cabaret Vert est finalement annulée. Pour les équipes du festival musical basé à Charleville-Mézières, la nouvelle était attendue.


 

Compte tenu du contexte sanitaire, la préfecture des Ardennes a préféré annuler l'édition 2020.
Compte tenu du contexte sanitaire, la préfecture des Ardennes a préféré annuler l'édition 2020. © Aurélien Laudy / MaxPPP
Depuis l’annonce du confinement, les annulations de festivals s’enchaînaient une à une. Après une période de flottement, c’est désormais au Cabaret Vert de céder : ce lundi 27 avril, les organisateurs de l’évènement annoncent l’annulation de l’édition 2020 par communiqué. La décision avait été prise quelques jours plus tôt par la préfecture des Ardennes, pour éviter toute propagation du covid-19.

 

"Cette décision, on s’y attendait depuis quelque temps", résume Nicolas Humbertjean, membre de l’équipe du festival. Vendredi 24 avril, le préfet évoquait déjà dans une conférence de presse sa position ferme sur le sujet : "Il n’est pas possible d’envisager qu’il puisse être maintenu aux dates prévues."
 

Rendez-vous du 19 au 22 août 2021

"C’est officiel, sans aucun doute nécessaire et pourtant, douloureux. Comme pour toutes les équipes mobilisées pour l’organisation de tous les événements de France et de Navarre qui doivent accepter, puis informer et travailler au report de leurs manifestations. À l’été 2021, nous concernant. Merci de nous laisser quelques jours pour vous détailler précisément les modalités de remboursement", est-il précisé dans le communiqué qui donne rendez-vous aux festivaliers en 2021, du 19 au 22 août. 

Si officiellement, les festivals se déroulant au-delà de la mi-juillet pouvaient se maintenir, les circonstances autour des grands évènements restaient flou. "Au moins, maintenant, on peut avancer, en sachant que c’est une annulation ferme", se console Nicolas Humbertjean. Pour l’équipe, la mise au clair était nécessaire pour s’organiser au mieux avec les artistes invités.
 

"Financièrement, ça va être un coup dur"

Si elle était attendue, la décision n’en est pas moins lourde de conséquences pour le Cabaret Vert. "Financièrement, ça va être un coup dur pour l’association, confirme Nicolas Humbertjean. Il faudra voir si nos partenaires privés continuent de suivre." L’annulation va entraîner des pertes importantes mais l'attachée de presse reste positif. Déjà en 2018, le festival avait été durement touché par la canicule, puis en 2019 par une incendie des locaux. "À chaque fois, on a su repartir. Pour l’année prochaine, je reste optimiste : si le contexte n’est pas à nouveau défavorable, il y aura à nouveau un Cabaret Vert."

Même optimisme pour le directeur du festival Julien Sauvage. "La première épreuve, c’est de passer le cap financier des pertes. Heureusement, le dispositif de chômage partiel nous aide bien, ainsi que les subventions." Sur les sommes engagées par le festival – près d’un million d’euros, la moitié représentant les frais de fonctionnement de l'association, l'autre des frais déjà avancés (décors, payement de cachet d'artistes pour les réserver etc) – une bonne partie pourrait ainsi être récupérer. "Même si c’est une mauvaise nouvelle pour la région, il valait mieux arrêter là les frais, c’était la meilleure solution pour la pérennité de l’évènement."
 

Entre déception et résignation

Bénévole depuis trois ans au Cabaret Vert et à la Magnifique Society – un festival rémois, lui aussi annulé – Agathe avait tout prévu pour revenir donner un coup de main. Ces deux festivals sont les deux seuls auxquels elle se rend sans faute. "Ce sont des week-ends que j’attends toutes l’année, mes congés étaient déjà prévus à l’avance pour l’occasion. C’est une grosse tristesse, même si on voyait venir." De ses quelques années d’études en Champagne-Ardenne, c’est l’un des liens qui lui restent. "Pour moi, c’est l’occasion de revenir voir Reims, les Ardennes, et les amis que je m’y suis fais. Maintenant sans musique, l’été va être morose."

Si comme beaucoup, Enzo s’attendait aussi à ce dénouement, il pouvait encore espérer tant que rien n’était annoncé. Jusqu’à ce que le couperet tombe ce lundi 27 avril, sur la page Facebook du festival. "Bien sûr, c’est une grosse déception, lâche le festivalier. Surtout pour la programmation de cette année, qui était forte et variée." Pour lui aussi, c’était un peu plus qu’un week-end de concerts. "C’est un rendez-vous qu’on se donne tous les ans avec des amis et auquel on tient. Il faudra être patient, en espérant que la programmation reste aussi bonne."

 
En 2019, le festival avait attiré 102.000 festivaliers. Un record !
En 2019, le festival avait attiré 102.000 festivaliers. Un record ! © Aurélien Laudy/ MaxPPP
 

"Heureusement, on a les pieds bien dans le sol"

Après cette saison morte pour les festivaliers, Julien Sauvage s’attend à ce que de nombreux festivals ne s’en remettent pas. Pour la santé du Cabaret, il reste pourtant optimiste : "On n'est pas à plaindre. Heureusement pour nous, on a toujours eu les pieds bien dans le sol, ancrée dans le local. Et, aujourd’hui, on voit bien qu’on est soutenu, autant par les acteurs locaux que les habitants de la région sur les réseaux sociaux." Depuis que s’est amorcée l’annulation, le directeur assure ainsi avoir été en contact constant avec le préfet et le maire de Charleville-Mézières, Boris Ravignon.

Ce dernier parle de "crève-coeur", en évoquant la décision des organisateurs. "C’était inévitable, mais c’est une déception pour tout les Ardennais qui souhaitaient oublier un peu la période morose avec le festival." Assurant vouloir soutenir au mieux la manifestation, l’édile a annoncé qu’il souhaitait "que l’on laisse le bénéfice" des subventions déjà allouées par la municipalité. "Certes l’édition 2020 ne se tiendra pas, mais l’association a déjà engagé un certains nombres de dépenses, il faut l’aider."

Lors de l'édition 2019, du 22 au 25 août, 102.000 festivaliers avaient été accueillis sur le site. Un record pour un festival qui en est à sa quinzième édition et qui continue sa montée en puissance. D’après les organisateurs, l’édition 2020 devait battre tous les records, avec 40 % de réservations en plus sur la billetterie en ligne avant le confinement.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival cabaret vert culture musique coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter