Fin annoncée du principal parking gratuit de Charleville-Mézières, les automobilistes s'insurgent

Les voitures peuvent se garer gratuitement sur la place Jacques Felix de Charleville-Mézières (Ardennes). La mairie a annoncé son intention d'y mettre un terme au samedi 1er avril. Colère chez les usagères et usagers du parking.

Sur la place Jacques Félix de Charleville-Mézières (Ardennes), plus que les bâtiments des alentours, on admire les voitures. Elles sont parfois dites ventouses, quand elles restent garées très longtemps, à la semaine voire au mois. Une tendance qui durerait depuis des années. Il faut dire que le stationnement ici est gratuit.
Mais plus pour longtemps. La mairie de Charleville-Mézières a annoncé son intention de mettre un terme à la gratuité du stationnement au samedi 1er avril (et ce n'est pas une plaisanterie). À noter que c'est le seul vaste emplacement communal où se garer librement à proximité du centre-ville. La mesure est nécessaire pour pallier les voitures-ventouses, assure l'autorité municipale.
Forcément, du côté des automobilistes, on n'est pas très content. Sébastien Valente accompagné de Daniel Samulczyk, journalistes de France 3 Champagne-Ardenne, sont allés à leur rencontre pour recueillir leurs impressions.

Si c'est gratuit, c'est pratique

Julien vient d'emménager, et il trouve ce parking bien pratique, même si ce n'est pas devant chez lui. "Ma rue est payante. Quand je trouve une place, je viens me garer ici... Il vaut mieux venir le soir, ou tôt le matin, pour trouver une place." Si ça devient payant, il sera pragmatique et prendra un abonnement mensuel et se garera devant son logis. "Ce sera plus pratique avec mon petit de 8 mois, ou même pour faire les courses." (voir l'emplacement sur la carte ci-dessous).

Coralie est une habituée du parking, qu'elle apprécie pour sa gratuité. Elle a parfois du mal à y stationner, et n'est pas enchantée d'apprendre qu'il pourrait devenir payant. "En général, il faut faire plusieurs tours pour pouvoir y trouver une place. Je suis plutôt défavorable. Peu de places sont non-payantes, maintenant, à Charleville. Ce ne serait pas forcément une bonne nouvelle." 
L'opposition, en la personne de Damien Lerouge, à la tête de la section du Parti sociale (PS) des Ardennes, se veut solidaire de la population. "C'est un coup de massue pour nos habitants, mais aussi pour nos commerçants, nos visiteurs; pour l'attractivité de Charleville-Mézières. Aujourd'hui, l'inflation est énorme; et les gens ont des difficultés tous les mois pour finir les fins de mois. Maintenant, on vient encore rendre un parking très fréquenté payant, alors qu'on a déjà supprimé la gratuité du stationnement le midi.

"Les promesses de campagne de Boris Ravignon ne sont pas tenues, parce qu'il rend tous les parkings payants. Il est chef de la police municipale : les voitures-ventouses, il a de quoi les faire enlever." Une pétition a été lancée et a récolté 450 signatures, et le PS local appelle à un "référendum" pour que la population soit associée à la décision. 

Une décision assumée

Du côté de la municipalité, on reste ferme. Quentin Clarin, l'adjoint en charge du stationnement, comprend "que cette décision bouleverse les habitudes de certains. Mais on observe que le parking est saturé par des voitures qui y restent très longtemps, trop longtemps. Ce parking est à proximité immédiate du centre-ville, on souhaite donc le rendre payant pour favoriser la rotation." Il assure que la mesure a été prise en concertation avec les commerçantes et commerçants du secteur, qui seraient à l'origine de cette demande.
"On a compensé en mettant des places gratuites à Fraison, à six minutes à pied d'ici. Il y a aussi des places disponibles au parking de la Passerelle, créé il y a quelques années. Il est à trois minutes à pied; il suffit de traverser la Meuse." Il rappelle aussi que l'on peut stationner 1h30 gratuitement sur la voie publique à Charleville et renvoie aux tarifs des parkings payants ou aux abonnements réguliers.