Professionnels de santé : la taxe de stationnement à Colmar ne passe pas

Professionnels de santé en colère contre la taxe de stationnement à Colmar / © F. Grandon
Professionnels de santé en colère contre la taxe de stationnement à Colmar / © F. Grandon

A Colmar, fini le stationnement gratuit pour les professionnels de santé pendant leur service. Le macaron gratuit délivré chaque année par la mairie de Colmar est supprimé. Désormais, ils devront s'acquitter d'un forfait annuel de 300 euros, ou payer leur ticket à l'horodateur.

Par Florence Grandon

Les médecins, kinés, infirmières et autres professionnels sont en colère : à la fois parce qu'ils été mis devant le fait accompli sans avoir été autrement avertis du changement en amont. Et aussi parce qu'ils estiment rendre un "service public" quand ils se déplacent à domicile chez des personnes âgées ou alitées. 

Surtout que d'autres villes font le chemin inverse : la ville de Paris a mis en place la gratuité pour le stationnement des professionnels de santé depuis le 1er janvier 2018, pour ceux pouvant justifier de plus de 100 visites à domicile par an.

Mais la tendance de rendre le stationnement payant pour les professionnels de santé en visite chez leurs patients se confirme : de plus en plus de villes reviennent sur la gratuité, comme Lyon ou Lille.


A Colmar, les médecins et infirmiers s'organisent. Ils ont écrit une lettre ouverte au maire et ont décidé de ne plus payer leur stationnement, pour manifester leur désaccord. Ils dénoncent un "deux poids-deux mesures" face aux services publics, non-taxés.

Autorisation de stationner gratuitement en centre-ville de Colmar en 2017 pour les professionnels de santé / © F. Grandon
Autorisation de stationner gratuitement en centre-ville de Colmar en 2017 pour les professionnels de santé / © F. Grandon

Bertrand Kiene a décidé de laisser derrière son pare-brise l'autorisation de 2017 et de ne pas s'acquitter de son macaron payant pour 2018 tant qu'une discussion sur le sujet avec la mairie n'aura pas lieu.

L'ordre des médecins du Haut-Rhin pourrait servir de médiateur. En attendant, les deux parties campent sur leurs positions.


Reportage de Vincent Ballester, Florence Grandon et Isabelle Hassid-Guimier :


Sur le même sujet

récolte des mirabelles à Rozelieures

Les + Lus