• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Outrés par un reportage de BFM-TV sur Revin, des Ardennais tournent leur propre vidéo

Pour leur version revisitée du reportage, les Revinois à l'origine de cette vidéo se sont même inspirés de la charte graphique de la chaîne / © Stéphane Marchand
Pour leur version revisitée du reportage, les Revinois à l'origine de cette vidéo se sont même inspirés de la charte graphique de la chaîne / © Stéphane Marchand

Déçus par le portait qu'a fait de Revin (Ardennes) un documentaire de BFM-TV, un groupe d'habitants a décidé de retourner ses propres séquences, mais à leur goût. Belle, dynamique et aux prix attractifs, on y découvre les points forts de leur ville, loin des clichés parisiens.
 

Par Johanna Albrecht

Eloignée des grandes métropoles, profondément touchée par la désindustrialisation, et désertée. En mai 2019, en découvrant la séquence du documentaire de BFM TV "La France dans les yeux" dédiée à Revin, les habitants de cette cité ardennaise ont été nombreux à ne pas reconnaître leur commune. 

Ils n'ont pris que le négatif de tout. 
- Stéphane Marchand, Revinois.

Dans ce grand format de la chaîne d'information continue, diffusé le 13 mai 2019, des journalistes sont allés dans plusieurs villes, qualifiées de "territoires oubliés", de la "France sans voix", "des invisibles". Dans la dizaine de minutes que le reportage consacre à la cité ardennaise, le téléspectateur découvre que de nombreux logements y sont à vendre, au point qu'une maison peut y coûter le même prix qu'un mètre carré à Paris. Ou encore qu'il peut être difficile de se séparer d'un bien. Le journaliste rencontre un ancien salarié de la SAI (ex Electrolux), au chômage, et s'arrête sur un "barrage" de gilets jaunes.
 

Une quinzaine de Revinois mobilisés


Un tableau que certains Revinois n'ont pas vraiment apprécié. "Sur Facebook, beaucoup de Revinois ont été outrés, raconte l'un d'entre eux, Stéphane Marchand. Alors à quelques uns, on s'est dit : 'Il faut agir et faire quelque chose !'"

En réponse au reportage, une quinzaine d'entre eux ont décidé de tourner leur propre vidéo, en reprenant la structure et les codes de la chaîne. Avec une bonne dose d'humour, "La France dans les yeux" devient ainsi "Revin, c'est bien". Lorsque le reportage s'attarde longuement sur les pancartes "à vendre" accrochées aux fenêtres et les boutiques fermées, la version revinoise de huit minutes présente les nombreux commerces et supermarchés ouverts en ville. Les maisons se vendent à bas prix ? Les Revinois donnent la parole à un couple retraité, venus de Bruxelles, charmés par les paysages et par le pouvoir d'achat. Aux images devant l'ancienne usine Electrolux, désaffectée, la vidéo revisitée répond par un entretien avec un acteur municipal, qui vante le potentiel de la zone. 

"Le but, c'est de redonner confiance aux revinois dans le potentiel de leur ville"confie Stéphane Marchand. Lui-même installé à Revin depuis cinq ans, un cité qu'il trouve "magnifique". Dans cette vidéo, la voix off vante le prix de l'immobilier imbattable dans cette commune d'à peine plus de 6.000 habitants, "avec une zone commerciale en plein centre ville, avec chaque mois de nouveaux commerçants". 

Un agent immobilier propose un logement de 77 m2 à 31.000 euros, soit moins de 500 euros du m2 ! Un autre à 15.000 euros, pour 42 m2. "Le prix d’un mètre carré à Paris". Il a même vendu récemment un bien à 9.000 euros. "Les clients, des gens qui profitent du bon air des Ardennes, des retraités qui quittent les grandes villes pour de jolies maisons en bord de Meuse", ou ces sympathiques retraités belges qui ont quitté Bruxelles, située à deux heures de routes, pour s’installer à Revin. 
 


Pour ceux qui ne connaissent pas encore, Revin, c'est à 1h25 au nord de Reims, et deux heures au sud de Bruxelles. Joint par téléphone, le maire de Revin, Daniel Durbecq, félicite cette initiative locale. "Ce samedi matin, mon fils m’a dit regarde, (notre article et la vidéo, NDLR) j'ai trouvé ça très bien. Car je n’étais pas satisfait, de ce qu'à fait BFM-TV. J’étais pas d’accord, on ne montrait que du négatif, c’est tout juste si il n'y avait pas les loups à l’entrée de la ville". 
 

"Là, c’est du positif"

"C’est vrai que l’industrie a disparu pour 90 %", continue l'élu, maire de Revin depuis 2014. "Mais on a le tourisme, l’industrie devrait repartir. Une fonderie souhaiterait s’installer. D’autres villes ont perdu des emplois. Ce qu'il faut c'est transformer le négatif en positif, et suite à l'émission de BFM, des gens m’ont appelé de Strasbourg ou Bordeaux pour créer des commerces. L’immobilier n’est pas cher, certes mais il s’est vendu deux maisons à 155.000 euros, le mois dernier aussi. On n'a pas que des maisons à 9.000. Et puis Revin est maintenant à 20 minutes seulement de Charleville-Mézières avec l’autoroute". 

Le maire voit ici une belle opportunité de vanter les mérites de sa commune. Verdoyante et accueillante. "Quand on est dans le fond de la piscine, on ne peut que remonter, explique-t-il, en faisant allusion au passé industriel et aux différentes suppressions d'emplois ou disparitions d'usines. Et on va remonter, il faut y croire ! Faut pas rester la tête dans le sable. Notre aire de camping-car de 17 places est saturée continuellement ! Le tourisme nous apporte beaucoup." Dans la vidéo "maison", vous trouverez d'ailleurs des idées de festivals ou de balades sur la voie verte dans les environs de Revin. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus