Ardennes : Rocroi triomphe d’un tournoi sur les réseaux sociaux, entre les plus beaux villages de France

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie-Line Fournier
Du ciel, Rocroi a l'image d'une étoile.
Du ciel, Rocroi a l'image d'une étoile. © Office de tourisme.

Que ce soit l’organisateur du tournoi, ou le maire de Rocroi, on ne s’attendait pas à une telle victoire. La cité ardennaise a littéralement terrassé son adversaire, Villefranche-de-Conflent, dans les Pyrénées-Orientales, pourtant classée au patrimoine mondial de l’Unesco. 

C’est le maire de Rocroi, Denis Binet qui a découvert, sur les réseaux sociaux, que sa commune située dans les Ardennes, faisait partie des 32 villages qui allaient s’affronter dans un tournoi, en ligne, où les internautes allaient pouvoir voter pour leur village préféré. Il a fait circuler l’information, et très vite la mobilisation s’est mise en marche. "On a voté de Tunisie, de Belgique, de Rocroi, bien sûr, et de tout le département des Ardennes", raconte Danielle Abdessalem, qui est guide-conférencière, à l’Office de Tourisme "Vallées et Plateau d’Ardenne". A chaque duel, Rocroi l’emportait, y compris face à des petites villes comme Rocamadour ou Salers, en Auvergne.

Le tournoi a débuté sur la page Facebook "La Garde du Patrimoine" le 8 février, et s’est achevé le 28 février 2021. L’occasion de mettre un joli coup de projecteur sur cette commune frontalière, installée à trois kilomètres de la frontière Belge, seulement. Une mise en lumières, qui n’est pas près de s’arrêter, car l’organisateur du tournoi se rendra prochainement à Rocroi, pour y faire des photos et publier ensuite une série sur le patrimoine.

Un organisateur passionné de patrimoine

Il préfère rester discret, et ne communique que son prénom. Il s’appelle Simon. Il a 23 ans, habite le département de l’Essonne, et travaille comme développeur web. "Quand j’étais petit", raconte-t-il,"ma grand-mère m’a communiqué la passion du patrimoine". La passion s’est calmée, à l’adolescence, mais dès qu’il a eu son permis de conduire, Simon s’est mis à sillonner la France. La passion s’est ravivée et s’est même accélérée quand il a ouvert sa page Facebook "La Garde du Patrimoine". Il a commencé à publier sur ses coups de cœur, en racontant l’histoire des lieux, et en vantant les richesses du patrimoine local. Ses articles ont plu. Il s’est ainsi vu offrir une visite privée du château de Fontainebleau.

C’est en mai 2020, qu’il a eu l’idée de créer un tournoi. Le premier a eu lieu en octobre de la même année. Les internautes y ont élu les volcans d’Auvergne comme paysages de France, préférés. Cette fois-là, les paysages de Champagne-Ardenne (Forêt d’Orient, vignes de Champagne ou forêts ardennaises) ne l’avaient pas emporté. Le deuxième tournoi, consacré aux plus beaux villages de France, a vu le triomphe des Ardennes, avec Rocroi. Face à Villefranche-de-Conflent, située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

On a voté de Tunisie, de Belgique, de Rocroi, bien sûr, et de tout le département des Ardennes.

Danielle Abdessalem, guide-conférencière à l'Office de tourisme "Vallées et plateau d'Ardenne.

Sur tout le territoire

Simon voulait que l’ensemble de la France soit représentée. "J’ai recensé les endroits que je connaissais déjà", dit-il. "Ensuite, j’ai fait une carte de France, pour équilibrer la représentation, sur tout le territoire. A l’époque, je ne connaissais pas encore Rocroi. Je n’avais pas de favori. Pendant trois semaines, les abonnés à ma page Facebook se sont mobilisés, et le tournoi m’a amené de nouveaux "followers". Simon organise les tournois bénévolement, mais il n’est pas fermé à d’éventuelles propositions. Dans l’avenir, il entend développer sa ligne éditoriale classique, sur sa page, avec toujours plus de photos et d’articles. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se rendra à Rocroi, à une date qui n’est pas encore arrêtée.

Pendant trois semaines, donc, Rocroi a été de victoire en victoire. Une satisfaction, une fierté, même, pour les habitants de la cité ardennaise, mais pas vraiment une surprise. Dans ce département du nord de la Région Grand Est, la petite ville frontalière a montré ce que solidarité veut dire. On s’est mobilisé bien au-delà des fortifications, pour faire triompher celle dont le nom, autrefois, s’écrivait "Rocroy".

Il existe un profond attachement à ce département. Il reste toujours dans le coeur. Notre emblème, c'est le sanglier, robuste, fonceur, déterminé.

Danielle Abdessalem, guide-conférencière à l'Office de tourisme "Vallées et plateau d'Ardenne".

Une mobilisation exceptionnelle

Denis Binet est maire de Rocroi depuis 2014, mais il est élu dans sa commune depuis 1989. Dans cette petite ville de quelque 2.400 habitants,"avoir gagné avec 2000 voix d’écart, c’est formidable. C’est un honneur pour nous. Je suis vraiment satisfait de cette mobilisation", dit-il. "Chaque année, on accueille 50 à 60.000 touristes, alors peut-être qu’ils seront maintenant plus nombreux". En effet, Rocroi ne manque pas d’atouts. Village étape, Petite cité de caractère avec une étoile au guide Michelin, Coup de cœur du guide des routards et parmi les 1.000 villes choisies pour "petite ville de demain", la commune des Ardennes a de quoi séduire les visiteurs. Le maire, Denis Binet est d’ailleurs intarissable sur le passé historique de sa ville.

"C’est la bataille de Rocroi, le 19 mai 1643, qui a sauvé le royaume de France. Louis XIV n’avait que cinq ans. Napoléon, après la bataille Waterloo, y est venu faire soigner ses blessés. Régulièrement, nous organisons des reconstitutions. Les fortifications sont idéales pour ça. On vient de loin, d’Ecosse, de Belgique, du Luxembourg, sans compter les reconstitutions avec des vikings". L’histoire chargée de sa commune n’explique pas tout. Le maire reste étonné par le succès de la mobilisation.

Une identité forte

S’il en est une que cette mobilisation ne surprend pas, c’est Danielle Abdessalem. La guide-conférencière est ardennaise. "Même quand on n’habite plus ici, on reste attaché aux Ardennes", dit-elle. Celle qui appartient également au conseil municipal, était partie à Nice, pendant quelque temps, mais elle est revenue vivre à Rocroi. "Il existe un profond attachement à ce département. Il reste toujours dans le cœur. Notre emblème, c’est le sanglier, robuste, fonceur, déterminé. On savait qu’il y avait une solidarité. Ca nous a fait du bien de nous rassembler".

Céline Devouge, aussi le confirme, l’attachement aux Ardennes est très fort. Elle tient la boulangerie de la rue de Bourgogne, une affaire familiale depuis plus de 100 ans. Elle a bien sûr voté, à plusieurs reprises, pour ce tournoi. "A la boulangerie, les clients en parlaient beaucoup. Le bouche à oreille a bien fonctionné, et des groupes Facebook ont voté pour Rocroi. Je crois que dans la Pointe de Givet, on a voté pour Rocroi. C’est bien qu’on parle de nous. Il y a beaucoup de passage, l’été. Ca ne peut nous apporter que du positif".

Une notoriété renforcée

Les passionnés d’histoire locale, mais pas seulement, savent sans doute que c’est après la Révolution Française que Rocroi a pris le nom qu’on lui connaît aujourd’hui. Avant, il fallait l’écrire Rocroy. Mais sur ses fortifications uniques, en étoile, et son urbanisme radioconcentrique, des erreurs sont parfois énoncées. Ce n’est pas Vauban qui en est le concepteur. Voulues par François 1er, on doit les fortifications, à Henri II, et elles datent de 1555. A l’époque, le nom de l’architecte, un italien, n’était pas donné. On attribuait ces constructions au roi. Autant de connaissances patrimoniales, qui vont se répandre, après cette victoire remportée dans le tournoi des plus beaux villages de France.

 

Stéphane Bern espéré à Rocroi

Un bonheur n'arrivant jamais seul, c’est désormais officiel, la cité ardennaise représentera la région Grand Est dans l’émission "Le village préféré des Français", diffusée sur France 3. Rocroi devra l’emporter face à 13 autres communes. Les équipes de production se rendront donc sur place, pendant deux à trois jours, pour tourner des séquences qui seront diffusées, dans l’émission, fin juin. "On rêve de voir déambuler Stéphane Bern, dans nos rues", espère Danielle Abdessalem, guide-conférencière, à l’Office de tourisme. Les téléspectateurs pourront voter, jusqu’au 25 mars, à 18 heures sur le site francetv ou par téléphone au 3245 (0,80 euros/minute +le prix de l’appel). Et, fin juin, le jour de l’émission, ils pourront à nouveau voter en direct.

L’an dernier, c’est déjà le Grand Est qui l’avait emporté, avec le village d’Hunspach, dans le Bas-Rhin. La question est donc de savoir, si notre région triomphera à nouveau. Et alors, dans quelques semaines, on pourra peut-être dire, qu’en 2021, Rocroi avait volé de victoire en victoire. La mobilisation des Ardennais autour de leur département pourrait faire la différence.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.