Un 5ème foyer de tuberculose bovine confirmé dans les Ardennes

Deux cas de fièvre charbonneuse détectés en juillet 2019 à Langatte en Moselle.
(Image d'illustration) / © Philippe Cocquempot / France 3
Deux cas de fièvre charbonneuse détectés en juillet 2019 à Langatte en Moselle. (Image d'illustration) / © Philippe Cocquempot / France 3

La contamination d'un troupeau de 160 bovins et de 6 cochons dans une exploitation de Challerange, dans le Vouzinois, va nécessiter l'abattage de tout le troupeau. Un coup dur pour l'éleveur.

Par Juliette Poirier

Dans les Ardennes, c'est le 5ème cas de contamination sur l'année 2013. Il y avait eu 2 cas en 2012.

 / © France 3 Champagne-Ardenne
/ © France 3 Champagne-Ardenne


Quels sont les risques de contamination ?


D'après le Dr. Laurianne Tavernier, chef de service Santé, Protections animales et Environnement, les risques sont encourus par les voisins de pâturage car la tuberculose bovine se transmet :
  1. Par voie respiratoire
  2. Par contact répété

Conséquence : 2 bovins en contact peuvent se contaminer. L'éleveur peut également être contaminé car la tuberculose bovine est une maladie transmissible à l'animal et à l'homme.
 

La réglementation sanitaire en vigueur prévoit un abattage total des bovins détenus sur l'exploitation infectée. Mais une évolution de cette règle envisage un abattage sélectif des seuls bovins contrôlés et reconnus contaminés.

Une dérogation en cours prévoit :
  • L'abattage d'un lot de 45 animaux les pus exposés et dits "à risque" car en contact avec l'animal infecté initialement.
  • Des prélèvements et analyses sur tous les animaux abattus.
Durée minimale pour obtenir l'assainissement : 2 à 3 mois après l'élimination du lot à risque.

En ce qui concerne le troupeau de 160 bovins, des mesures d'assainissement doivent être mises en place en relation avec le ministère de l'Agriculture, de l'agro-alimentaire et de la forêt.

Sur le même sujet

Les + Lus