Unique en France : une chaudière collective au bois déchiqueté pour particuliers

A l'heure où le prix du fuel et du gaz fait peser lourd sur la facture de chauffage, sept habitants du petit village de Clavy-Warby (Ardennes) ont décidé mutualiser leurs moyens en installant une chaudière collective au bois déchiqueté.

Gros plan sur le bois déchiqueté de la chaufferie de Clavy-Warby (Ardennes)
Gros plan sur le bois déchiqueté de la chaufferie de Clavy-Warby (Ardennes) © France 3 Champagne-Ardenne
Pour cela ils ont créé une association. Cette initiative est unique en France. Elle leur a permis de diviser par deux, leur facture de chauffage. Le réseau de chaleur écologique est installé dans une grange spécialement aménagée pour l'occasion. 240 m3 de bois déchiqueté y sont stocké (bois en provenance des forêts avoisinantes). Cette matière première coût trois fois moins cher que le fuel.
Grâce à cette installation les sept particuliers qui bénéficient de ce réseau de chaleur ont vu leur facture divisée par deux, voire trois.

La grande originalité de ce projet est qu'il a été initié par des particuliers. Une première en France. Les sept familles qui en bénéficient se sont constituées en association syndicale libre pour l'investissement, la gestion et la répartition des charges.

Ce projet aura coté 176.000 euros au total. Il a reçu de nombreuses aides (Région, Europe, Fond Régional Energie Climat).

www.pluzz.fr/champagne-ardenne

Histoire du projet à Clavy-Warby

En 2010, un groupe d’habitants de Clavy-Warby s’est formé autour d’un objectif commun : créer un réseau de chaleur collectif, alimenté par une chaudière au bois déchiqueté. Ce groupe s’est constitué en Association Syndical Libre (ASL Acacia) pour l’investissement, la gestion et la répartition des charges (bois déchiqueté, électricité, loyer, assurance, entretien). En janvier 2012, 7 maisons et une piscine privée étaient raccordées à ce réseau. Le bois est ainsi venu en substitution du fioul ou du charbon pour le chauffage et de l’électricité pour l’eau chaude sanitaire. La mutualisation des investissements et des charges de fonctionnement, a permis de réduire la facture énergétique des bénéficiaires.
 
En été, la chaudière doit cependant continuer de fonctionner à bas régime pour les besoins en eau chaude sanitaire et la piscine. Ces besoins pourraient être comblés par un apport de chaleur venant de l’unité de méthanisation toute proche et en excès de chaleur à cette période.
 
Le projet a bénéficié des aides du Fonds Régional Energie Climat (FREC) de l’ADEME et de la Région Champagne-Ardenne ainsi que des aides du programme européen LEADER de la Communauté de Communes des Crêtes Préardennaises. Ces subventions ne sont attribuables que lorsque le crédit d’impôt ne peut être obtenu et à partir de 80 kW de puissance installée.
Sourceale08.org
En savoir plus
Un salon pour découvrir le biogaz les 26 et 27 avril 2013 à Vivier-au-Court (Ardennes).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement