Les moustiques sont en avance, un hélicoptère survole l'Aube pour éviter leur prolifération

Ce mercredi 06 mars, un hélicoptère du Syndicat des eaux de l'Aube (SDDEA) a survolé le département. Son but : lutter contre la prolifération des moustiques, qui bénéficient de conditions climatiques idéales.

À peine sort-on de l'hiver que les moustiques font leur retour. Mais le Syndicat des eaux de l'Aube (SDDEA) veille. C'est à lui qu'appartient la mission de lutter contre ces insectes, qui font un bruit désagréable, et piquent pour sucer le sang.

Il faut dire que la fin de saison a été marquée par des précipitations soutenues, puis par des températures très clémentes. Des conditions idéales pour la prolifération des moustiques. Si rien n'est fait, un pic de gêne due aux moustiques sera à prévoir dès le printemps. C’est-à-dire très prochainement.

L'épandage depuis les airs permet de limiter ce pic. Il est associé à de nombreuses actions de lutte contre le moustique au sol, et de la surveillance. L'hélicoptère est même parti avec un peu d'avance, ce mercredi 06 mars 2024 peu après 14h00. Ce sont 39 communes qui sont concernées par le survol, qui a commencé par Ormes (voir sur la carte ci-dessous).

Le sud du département de la Marne est également concerné par l'épandage. Pour rappel, les moustiques peuvent s'éviter en veillant à ne pas laisser des jardinières et pots remplis d'eau dans son jardin ou sur son balcon. Il est aussi conseillé de vérifier régulièrement ses gouttières. Les vêtements amples et légers permettent d'éviter certaines piqûres, mais ne feront pas de miracle si vous décidez de sortir à partir de la fin de l'après-midi.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité