Affaire Sophie Lionnet : le calvaire de la Troyenne à Londres

© Sophie Lionnet (Facebook)
© Sophie Lionnet (Facebook)

C'est le second jour du procès des meurtriers présumés de Sophie Lionnet à Londres. De nouveaux éléments sur les conditions du séjour de la jeune Troyenne ont été révélés.

Par Florence Morel

"Je prie Dieu de ne pas te toucher. Je ne veux pas avoir les mains sales." C'est avec ces mots, relevés par la BBC, que Sabrina Kouider s'adressait à la jeune fille au pair qu'elle employait, Sophie Lionnet. Sabrina Kouider et son conjoint, Ouissem Medouni, en sont à leur deuxième jour de procès ce mardi pour le meurtre de la Troyenne.

Menacée et torturée


Lors du premier jour du procès, le 19 mars, des éléments sur la personnalité de Sabrina Kouider ont été révélés. Persuadée que la jeune fille avait des liens avec son ex petit ami Mark Walton, le fondateur du groupe Boyzone. Sabrina Kouider lui faisait endurer un enfer. La Troyenne de 21 ans vivait comme une "prisonnière" et était "maltraitée" selon le chef d'accusation.

Sabrina Kouider tentait de lui faire avouer des crimes imaginaires. Menacée, torturée, les séances étaient filmées par le couple avant sa mort.

Sur ces vidéos, Sophie Lionnet apparaît émaciée, terrifiée, sans défense, mais soucieuse de comprendre ce que ses bourreaux attendent d'elle. L'accusation britannique a décrit la jeune fille comme étant "naïve" et "particulièrement vulnérable", selon France Bleu. Vidéos qui ont été diffusées ce 20 mars lors de l'audience. A l'écoute de sa fille, la mère de Sophie Lionnet n'a pas pu retenir ses larmes et a quitté l'audience, raconte la BBC.

A la fin de la séquence, elle finit par avouer ce que le couple veut entendre. "Cette confession finale est tout sauf volontaire, a souligné le procureur Richard Horwell lors de l'audience, rapporte l'AFP. Ce sont ses derniers mots. Quelques heures après, la vie lui était enlevée."



Sophie Lionnet, originaire de l'Aube et jeune fille au pair depuis 2016

  • Titulaire d'un CAP petite enfance, la jeune troyenne d'origine s'est rendue à Londres en janvier 2016. Elle a longtemps vécu dans l'Yonne.
  • En septembre 2017, son corps est retrouvé calciné dans le jardin de ses employeurs, un couple de Français qui résident à Winbledon, près de Londres.
  • En janvier 2018, Sabrina Kouider et Ouissem Medoui avouent avoir tenté de se débarrasser du corps mais nient avoir tué la jeune fille.

A lire aussi

Sur le même sujet

récolte des mirabelles à Rozelieures

Les + Lus