REPLAY. "Je ne me chauffe qu'à 17 degrés" : manifestation à Troyes pour le pouvoir d'achat et les minimas sociaux

Diffusé du au Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne-Laure Helleu .

Comme partout en France, les manifestants sont descendus dans la rue à Troyes pour réclamer une augmentation générale des salaires et des minimas sociaux pour faire face à l'inflation et à la crise énergétique. Egalement dans le 19/20 de France 3 Champagne-Ardenne, un projet photovoltaïque citoyen à Signy-l'Abbaye, la visite du chantier du pont de Witry et la préparation des athlètes champardennais pour les JO de Paris 2024.

L'heure est à la grève et aux manifestations partout en France et en Champagne-Ardenne. Les secteurs du transport, de l'éducation ou encore la santé sont dans la rue, comme à Troyes où plusieurs centaines de manifestants se sont mobilisés pour leur pouvoir d'achat. Ils réclament une augmentation générale des salaires, des pensions et des minimas sociaux. Ces demandes font suite à l'inflation et à la hausse des prix de l'énergie qui touchent le pays. Ils protestent également contre la réforme des retraites prévue par le gouvernement.

Patricia Robert, comptable depuis 32 ans à la CPAM de Troyes, exprime ses difficultés au quotidien : "Mon salaire est de 1700 euros net par mois. On n'a pas eu d'augmentation depuis dix ans. Si je suis là aujourd'hui c'est pour dénoncer l'inflation et le fait que même pas arrivée à la moitié du mois, je suis déjà dans le rouge". Cela a des conséquences sur sa consommation : "Une bonne réduction au niveau de la facture énergétique, je ne me chauffe qu'à 17 degrés. Au niveau de la consommation de la voiture, je ne fais plus qu'un plein par mois, j'essaie de ne pas aller trop loin dans mes déplacements. Au niveau alimentation aussi, plus de viande, pratiquement plus de légumes frais ou de fruits frais."

Mickaël Vanlande, chauffagiste, est venu manifester pour des raisons similaires : "A l'heure actuelle j'ai un salaire de 1890 euros brut. En ayant une famille et cinq enfants ça devient de plus en plus compliqué de vivre avec un salaire aussi bas." Il ajoute : "On est obligé de se priver de vacances pour pouvoir améliorer le quotidien.[...] En l'espace de 10 ans on n'est parti qu'une seule fois".

Un projet photovoltaïque citoyen à Signy-l'Abbaye

Le réseau TEPOS, Territoire à Energie Positive s'est réuni à Launois-sur-Vence, dans les Ardennes. Les communes membres se dirigent vers les énergies renouvelables locales. C'est ce qu'on appelle des Centrales Villageoises. Il s'agit de projet citoyens qui s'inscrivent dans une démarche de transition énergétique tout en prenant en compte les enjeux du territoire où ils s'inscrivent. A Signy-l'Abbaye, un projet a été mis en place autour du photovoltaïque, sous la forme d’une société à action simplifiée (SAS) fonctionnant sur le principe coopératif et où chacun peut devenir sociétaire en faisant un geste pour la planète.

Visite du chantier du pont de Witry

Le pont permettant de relier Reims à Witry-les-Reims est en travaux depuis février 2022. Le chantier doit prendre fin en décembre 2022 mais jusque-là les automobilistes et pétons doivent emprunter des déviations. Une étape de taille est à venir : le transport de l'ensemble de l'ouvrage jusqu'à son emplacement final. France 3 Champagne-Ardenne a pu visiter cet impressionnant chantier.

Nos sportifs champardennais préparent les JO de Paris 2024

En Champagne-Ardenne, dix athlètes ont participé aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. Pour eux, l'heure est déjà à la préparation des Jeux de Paris prévus pour 2024. L'entrainement est intense, les organismes sont poussés à l'extrême. L'enjeu est d'autant plus fort que la compétition se déroulera en France. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité