• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Gilets jaunes à Troyes : trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes suite aux débordements

© Xavier Claeys - France 3 Champagne-Ardenne
© Xavier Claeys - France 3 Champagne-Ardenne

Deux majeurs et un mineur de 14 ans ont été placés en garde à vue ce dimanche 18 novembre après les débordements à l'issue des manifestations des gilets jaunes samedi à Troyes. Un policier a été gravement blessé. Le procureur de la République de Troyes s'est exprimé ce dimanche.

Par Juliette Poirier

A la suite des débordements de ce samedi 17 novembre à l’issue de la manifestation des gilets jaunes, trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes dans l'Aube à Troyes. L’une concernant l’intrusion dans la préfecture, la seconde des heurts à l’arrière de la mairie de Troyes, et la dernière aux abords des Halles où des individus ont voulu aller à l’affrontement contre des policiers.


La préfecture a dressé un premier bilan suite aux débordements de la journée de samedi (source préfecture de l'Aube). La liste est longue.
  • Deux véhicules privés ont été la cible de jets de projectiles sur les barrages filtrants.
  • Deux accidents, sans gravité, ont eu lieu sur des barrages du fait d’altercation entre manifestants et usagers de la route.
 
 
  • Dégradations à la préfecture à la suite de l’intrusion des manifestants (portail, portes et fenêtres). Une plainte sera déposée.
  • Dégradation du domaine public municipal à Troyes : portail et porte de l’hôtel de ville, dépavage rue Claude Huez et Place des Halles, désoclage de potelets, panneaux de signalisation arrachés.
  • Sept véhicules publics ont été dégradés dont : 
                     - Quatre véhicules de la ville de Troyes dont un de la police municipale,
                     - Deux véhicules de police et une ambulance du Service départemental d’incendie et de secours.

Une plainte a été déposée par le préfet de l’Aube, Thierry Mosimann.
 

                      

  • Sept blessés ont été pris en charge par le SDIS.
  • Quatre fonctionnaires de police ont été en outre blessés dont l’un gravement (fracture ouverte du tibia entraînant une interruption temporaire de travail (ITT) d’au moins 45 jours.
Les forces de l’ordre ont procédé à quatre interpellations dont trois sont en garde à vue : Deux majeurs et un mineur de 14 ans

En milieu d'après-midi, l'Aube ne comptait plus que quatre points de blocages regroupant 130 manifestants contre sept dans la Marne dimanche après-midi d'après les informations des préfectures respectives.

Selon le procureur de Troyes, "les "gilets jaunes" n'étaient pas solidaires des casseurs. Une minorité de ceux qui participaient au mouvement sont passés à l'acte de manière violente".
 

 

Sur le même sujet

Le meilleur souvenir de voyage de Théau

Les + Lus