Gilets jaunes à Troyes : trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes suite aux débordements

Deux majeurs et un mineur de 14 ans ont été placés en garde à vue ce dimanche 18 novembre après les débordements à l'issue des manifestations des gilets jaunes samedi à Troyes. Un policier a été gravement blessé. Le procureur de la République de Troyes s'est exprimé ce dimanche.

© Xavier Claeys - France 3 Champagne-Ardenne
A la suite des débordements de ce samedi 17 novembre à l’issue de la manifestation des gilets jaunes, trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes dans l'Aube à Troyes. L’une concernant l’intrusion dans la préfecture, la seconde des heurts à l’arrière de la mairie de Troyes, et la dernière aux abords des Halles où des individus ont voulu aller à l’affrontement contre des policiers.


La préfecture a dressé un premier bilan suite aux débordements de la journée de samedi (source préfecture de l'Aube). La liste est longue.                       - Quatre véhicules de la ville de Troyes dont un de la police municipale,
                     - Deux véhicules de police et une ambulance du Service départemental d’incendie et de secours.

Une plainte a été déposée par le préfet de l’Aube, Thierry Mosimann.
 

                      

Les forces de l’ordre ont procédé à quatre interpellations dont trois sont en garde à vue : Deux majeurs et un mineur de 14 ans

En milieu d'après-midi, l'Aube ne comptait plus que quatre points de blocages regroupant 130 manifestants contre sept dans la Marne dimanche après-midi d'après les informations des préfectures respectives.

Selon le procureur de Troyes, "les "gilets jaunes" n'étaient pas solidaires des casseurs. Une minorité de ceux qui participaient au mouvement sont passés à l'acte de manière violente".
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers manifestation économie social justice société prix du carburant consommation