Nuits de Champagne : l'atelier polyphonique, le choeur des nuits

En l'absence du Grand Choral qui rassemble chaque année près de 1.000 choristes pour le grand final des "Nuits", les chanteurs et apprentis chanteurs des Nuits de Champagne peuvent se retrouver autour d'un atelier polyphonique chaque soir. L'occasion de garder le lien entre eux.

Il est 20h à l'Espace Argence de Troyes. Comme tous les soirs de la semaine, Geoffrey Bouthors, chef de choeur des Nuits de Champagne arrive dans la salle troyenne qui accueille d'habitude, au fil des années, les plus grands artistes français.

Une reprise des Rita Mitsouko au programme

Cette fois, c'est une ambiance plus intimiste qui s'installe. Un podium de cinq mètres carrés est installé au milieu de l'espace avec Geoffrey au milieu et à ses côtés un clavier qui donne le tempo. Tout autour d'eux, se sont installés les chanteurs du soir, chevronnés ou non, peu importe, l'idée est de se retrouver autour de la musique.


"On a voulu ces ateliers polyphoniques pour garder le lien avec les choristes qui participent habituellement au grand choral. Les gens viennent avant tout pour prendre du plaisir. Chaque soir, on a une chanson a travaillé et, à la fin des deux heures, la chanson est reprise par tout le monde", explique Geoffrey Bouthors, ravi de revenir à Troyes chaque année pour cette semaine particulière.

Ce soir là, c'est la chanson des Rita Mitsouko "Marcia Baïla" qui a été choisi. Une chanson grand public où les choristes débutent par des vocalises avant de répéter les paroles petit à petit. "C'est génial, quel plaisir de pouvoir chanter malgré tout !", s'enthousiame Corinne, une choriste qui vient spécialement de Pont-à-Mousson pour une semaine qu'elle ne manquerait pour rien au monde. "C'est mon petit moment à moi, hier j'ai été voir des concerts, ce soir c'est moi qui chante ! Habitellement, je réserve la semaine pour faire partie du Grand Choral. Cette année, c'est particulier mais on s'adapte et je retrouve mes amis troyens, c'est déjà beaucoup."
 

Un moment de partage pour chanteur aguérri ou ... pas ! 

Si Corinne est une choriste aguérie, ce n'est pas le cas de Didier Leprince. Le président du Comité Départemental du Tourisme s'est également invité à la fête, une première pour lui. "J'aime le chant mais je n'ai jamais chanter ! C'est une première ! Je veux avant tout être là pour faire vivre la culture qui est fortement impactée actuellement. On est tous fier que les Nuits de Champagne aient pu avoir lieu malgré tout. Ces ateliers sont un beau message de solidarité et de cohésion".

Peu à peu, au cours de la soirée, les choeurs s'harmonisent, l'ensemble est plaisant et le résultat au bout des deux heures assez spectaculaires avec une superbe reprise des Rita Mitsouko façon chorale. Un beau moment, où chacun est venue apporter sa petite pierre et son coeur.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture nuits de champagne musique