Une voiture autonome de livraison en ville bientôt testée à Troyes en situation réelle

A Troyes, le lancement de la première expérimentation en France d’un véhicule autonome de livraison urbaine en situation réelle, sur route ouverte se prépare.

Le fameux dernier kilomètre de livraison, en voiture autonome, ce sera bientôt une réalité. Et c'est à Troyes dans l'Aube que ce projet devrait voir le jour dès le premier trimestre 2022. C'est ce qu'ont décidé Troyes Champagne métropole, (l'agglomération troyenne) et plusieurs industriels le 15 septembre dernier pendant la semaine de l’Innovation du Transport et de la Logistique. L'information a été rendue publique le 6 octobre. 

"En France, il s’agirait de la première expérimentation, d’un véhicule autonome de livraison urbaine, en situation réelle, sur route ouverte, qui s’insérera dans le flux de circulation. L’expérimentation se déroulera à Troyes, suite à l’accord d’engagement, signé le 15 septembre 2021 par François Baroin, maire de Troyes, président de Troyes Champagne Métropole".

Une innovation d'autant plus attendue qu'aujourd'hui 20% des véhicules qui circulent en ville sont consacrés aux livraisons et les commandes par internet ne cessent d'augmenter. Transporteurs comme élus locaux tentent donc de trouver de nouvelles solutions de livraisons. Pour à la fois trouver des économies et baisser la pollution urbaine liés à ces livraisons. 

Objectif dernier kilomètre

Ce projet de voiture autonome doit permettre aux professionnels du transport de marchandises en ville et de la logistique du "dernier kilomètre" de tester une "technologie de rupture préfigurant les services et métiers de la livraison urbaine à l’ère du véhicule autonome". Il est porté par SprintProject, une société créée en 2017 spécialisée dans l'innovation et experte sur les sujets "smart supply", autrement dit, de la chaîne d'approvisionnement intelligente, en français. 

Ce secteur de la livraison urbaine est "sous tension permanente, soumis au rythme des innovations des grands distributeurs internationaux et des évolutions des modes de consommations. L’autonomie de demain des acteurs de la filière nécessite d’imaginer dès maintenant les nouveaux usages et les processus autour de ces nouveaux modes de livraison", précisent les entrepreneurs porteurs du projet.

Cette expérimentation troyenne aura pour objectifs de permettre une exploration concrète de l’ensemble des usages potentiels du véhicule mais aussi de lever les incertitudes techniques, réglementaires et d’acceptabilité. Ou encore de préparer les acteurs de la filière à l’arrivée de cette nouvelle technologie, d’imaginer aussi les métiers de demain autour des nouveaux usages.

Calendrier prévisionnel

Le calendrier prévisionnel de cette expérimentation comprendra deux phases, précisent les porteurs de projet. De octobre 2021 à janvier 2022, le lancement du projet, choix des cas d'usages et le choix des parcours de livraison, la recherche de financements. La seconde phase, de janvier 2022 à mai 2022, sera l'étape de la réalisation de l’expérimentation en situation réelle selon des scénarios de difficultés croissantes.

Le véhicule électrique et autonome de catégorie 4 (autonome forte sous contrôle) de 2,7 m de long sur 1,17m de large est distribué par la société Spring Mobility. Ce véhicule est déjà industrialisé, commercialisé à plusieurs centaines d’exemplaires et a déjà parcouru des milliers de kilomètres.

"Cette expérimentation portée par un consortium de partenaires rassemblés autour de SprintProject est surtout un projet de territoire et s’appuiera sur l’engagement d’acteurs locaux, notamment dans le secteur de la Supply Chain et qui ont d’ores-et-déjà manifesté leur intérêt".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie innovation