Baccarat : Cyrielle, son combat pour la vie et contre son cancer du sein triple négatif

Depuis le début du mois d’octobre 2020, Cyrielle Kobis, une bachâmoise de 33 ans a lancé une cagnotte en ligne. Le but, l'aider à financer un traitement, qui coûte 100.000 euros et qui n'existe qu'en Allemagne, pour lutter contre son cancer du sein triple négatif incurable.
 

 Cyrielle Kobis avec ses deux enfants.
Cyrielle Kobis avec ses deux enfants.
Depuis onze jours, une habitante de Baccarat de 33 ans a lancé une cagnotte en ligne. Le but, l'aider à financer un traitement, qui coûte 100.000 euros et qui n'existe qu'en Allemagne, pour lutter contre son cancer du sein triple négatif incurable.
 

Un combat pour la vie


Cyrielle Kobis se bat. À 33 ans, cette mère de famille de deux enfants a un cancer du sein. En janvier 2018, il est diagnostiqué très agressif ou triple négatif. Deux ans plus tard, les médecins lui annoncent que sa maladie est incurable.
La jeune aide-soignante ne veut pas baisser les bras. Sur des forums de discussion, elle échange avec d’autres femmes atteintes du même cancer, métastasé comme elle, mais qui sont en rémission. Une lueur d’espoir, « ça soulage de se dire que l’on peut guérir et continuer à vivre », glisse-t-elle.
 

Un traitement en Allemagne à 100.000 euros 

Le traitement est pratiqué dans une clinique privée allemande. Il combine plusieurs méthodes : la chimiothérapie, l’immunothérapie et un vaccin conçu spécialement pour la patiente à partir de ses cellules. Cette triple médication n’existe pas en France. Pour se faire soigner, la clinique demande 100.000 euros. L’idée d’une cagnotte en ligne est alors lancée. En 10 jours, plus d’un tiers de la somme a été récolté : « on est surpris et extrêmement content, on ne s’attendait pas à autant de générosité », raconte la jeune femme en arrêt longue maladie.
 
Capture d'écran de la cagnotte en ligne lancée par Cyrielle Kobis
Capture d'écran de la cagnotte en ligne lancée par Cyrielle Kobis

 

38.000 euros récoltés pour le moment


Une page Facebook Le dernier espoir pour Cyrielle et ses enfants a aussi été créée pour recenser les actions et les tirelires mises un peu partout dans la région. « Le mouvement s’étend. On sort des limites de Baccarat. On trouve des tirelires dans des commerces à Nancy, à Metz… », énumère enjouée Soraya Andrès, une amie proche. Pour récolter ses dons, une association va être créée dans les prochains jours pour rentrer dans le cadre légal.
 

Une démarche soutenue par la Ville de Baccarat


La Ville de Baccarat, dont est originaire Cyrielle, soutient également la démarche. « Cela fait partie du rôle d’une municipalité d’aider dans leur quotidien les administrés », détaille Sabrina Vaudeville, conseillère déléguée spéciale. Une fois l’association créée, le Maire de Baccarat, Christian Gex (sans étiquette), touché par l’histoire de Cyrielle et sa famille, fera partie du conseil d’administration, pour « rassurer les donateurs », explique-t-elle. La Municipalité va mettre en place des actions visant à récolter des fonds. D’ici peu, la Ville organisera une vente aux enchères avec des pièces en cristal qui ont été offertes au Maire. « Ce n’est pas une association comme les autres. On n’a pas beaucoup de temps, il faut que Cyrielle ait accès aux soins rapidement. Il faut récolter de l’argent », s’émeut l’adjointe.

---> Retrouvez le lien de la cagnotte en ligne lancée par Cyrielle Kobis

Cyrielle Kobis mène ce combat contre son cancer mais aussi pour « toutes les autres femmes de France qu’on laisse mourir », explique la bachâmoise. Une pétition est d’ailleurs en ligne pour demander l’accès à  l’immunothérapie aux femmes atteintes du cancer du sein triple négatif en France.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cancer santé société octobre rose témoignage