Des vacances en van ou camping-car, un tourisme tendance qui profite au site alsacien du spécialiste Bürstner

Publié le Mis à jour le

La crise sanitaire a amplifié une tendance bien installée : l'envie de pouvoir bouger, en famille, quand on veut, où on veut. Vans et camping-cars, longtemps jugés ringards, ont le vent en poupe et l'entreprise allemande Bürstner en profite. Son modèle de van, lancé il y a un an, porte son usine de Wissembourg (Bas-Rhin).

Le camping de Lauterbourg, à la frontière entre le Bas-Rhin et la Rhénanie-Palatinat, en Allemagne, jouit encore d'une certaine tranquillité avant la grande affluence de l'été. Mais le taux d'occupation atteindra déjà les 75% pour le week-end pascal 2022. Après deux années sous Covid, la saison est lancée.

Bien en vue à l'entrée de l'établissement, les 32 emplacements pour caravanes, camping-cars et vans. Une dizaine de véhicules sont déjà garés, les tables sont de sortie, les vélos attendent leurs propriétaires, en pleine pause café au soleil.

"Nous avons principalement des clients allemands, explique les époux Beck, à la tête de ce camping municipal depuis deux ans. Ce sont de grands habitués de ces voyages itinérants en camping-cars ou fourgonnettes aménagées. Et c'est vrai que nous voyons de plus en plus de Français s'y lancer aussi... même si le camping reste l'ultime recours, car l'intérêt de ce type de vacances, c'est de pouvoir s'arrêter n'importe où, pas forcément dans un camping, où il y a du monde!"

La grande liberté, c'est ce qui séduit ces amateurs de road trip, qui apprécient le confort de ces véhicules tout autant que l'autonomie qu'ils leur offrent. L'impression de voyager tout en étant chez soi. Andrea et son mari, en provenance de Mayence (Allemagne) acquiescent. "On voyage parfois autrement mais c'est bien ce qu'on préfère : pouvoir être en pleine nature, s'arrêter, repartir, rester autant de temps que ça nous plaît."

Deux fois plus de vans produits la première année

Eux ont choisi un camping-car. Mais le nec plus ultra de cette gamme de véhicules est désormais le van. "Il est multifonction, s'enthousiasme le responsable de production du site alsacien de l'entreprise allemande Bürstner, installé à Wissembourg. Avec sa taille ultra compacte, il fait facilement office de deuxième voiture, il ne reste pas au garage tout l'hiver! Et quand vous voulez partir en week-end ou en vacances, quatre personnes peuvent y dormir confortablement, faire à manger..."

Le spécialiste allemand des caravanes et camping-cars a lancé son modèle de van il y a an. Vendu à partir de 45.000 euros, c'est un énorme succès. "Nous avions prévu une première année de test, avec 400 unités. C'est au final plus du double qui a été produit !", se réjouit le PDG de l'entreprise Jens Kromer.

Le millième van est sorti de la chaîne d'assemblage wissembourgeoise au mois de mars, à peine plus d'un an après son lancement. 22 employés travaillent désormais à l'aménagement du véhicule, alors que plus aucun modèle ne sortait de ce site depuis 8 ans. N'y était plus fabriqué que du mobilier pour aménager les véhicules produits dans la maison-mère allemande, à Kehl.

Huit vans sont désormais assemblés à Wissembourg chaque jour, bientôt neuf, tant la demande est forte : le carnet de commandes est plein pour plusieurs mois. "Ce qui plaît, c'est l'extrême flexibilité de ce modèle. Il est passe-partout, rentre dans tous les parkings avec ses 2m08 de hauteur, détaille Jens Kromer. Vous pouvez emmener vos enfants le matin à l'école, aller faire vos courses avec l'après-midi, et le vendredi décider de mettre vos vélos dedans et de partir en weed-end!

Le van plaît pour son extrême flexibilité : vous pouvez emmener vos enfants à l'école avec, faire vos courses, et le week-end décider de mettre vos vélos dedans et partir où vous voulez!

Jens Kromer, PDG de l'entreprise Bürstner

Il y a une vraie mode de la "van life" depuis plusieurs années, avec une vraie communauté, très présente sur les réseaux sociaux. L'effet Covid a fait le reste : partir en bateau, c'est pas l'idéal, voyager à l'étranger est devenu compliqué... Là, vous pouvez décider de partie en Italie ; l'Italie ferme ses frontières, alors vous prenez la direction de la Suède!"

180 emplois supprimés en 2014, un avenir plus serein

Un créneau à côté duquel ne pouvait pas passer le groupe. Et une véritable aubaine pour le site alsacien, qui le fabrique. Après avoir subi un plan social en 2014, perdant 180 emplois, il revit. "Nous sommes vraiment heureux, Wissembourg est un site historique de Bürstner, qui a traversé des moments difficiles, souligne le PDG. Nous sommes désormais sereins pour l'avenir, il y a à nouveau une vraie dynamique."

L'équipe de 200 personnes en activité à Wissembourg pourrait d'ailleurs se renforcer, des embauches suivront si l'embellie se confirme.